Feeds:
Articles
Commentaires

CATRIONA STATHAM/ALL HANDS

12/2011

 

 Le 11 mars 2011, la terre tremble non loin de la région du Tohoku, dans le nord-est du Japon.

Le bilan humain est affolant. Ôfunato, préfecture d’Iwate déplore 339 morts, 112 disparus, soit 1,1% de la population totale de cette petite ville portuaire. Non loin de là, Rikuzentakata pleure ses 1553 morts et 395 disparus, l’équivalent de 9,2% de la population locale (chiffres datant d’octobre 2011 et fournit par l’organisation indépendante Earthquake Report – http://earthquake-report.com/2011/10/02/japan-tohoku-earthquake-and-tsunami-catdat-41-report-october-2-2011).

Les images de vagues déferlantes balayant des villes entières font le tour de la planète. Difficile d’imaginer comment réagir. Mais malgré l’étendu des pertes humaines et matérielles, malgré Fukushima qui menace non loin, les Japonais ne sont pas du genre à se lamenter sur leur sort. Faire le deuil et reconstruire, reconstruire pour faire le deuil, voilà la solution qui s’impose à eux.

 L’organisation All Hands Volunteers (http://hands.org) ne tergiverse pas et se rend sur place. En mai 2011, elle désigne les villes de Ôfunato et Rikuzentakata comme sa zone d’action. All Hands est là pour aider. Tout ce qui pourra alléger le fardeau des survivants est bon à prendre. Catriona est séduite par le projet. Le Japon lui a donné beaucoup en lui offrant un poste d’assistante d’anglais JET dans une école de la préfecture d’Ibaraki durant deux ans, il est maintenant tant de lui rendre la pareille.

Quelques mois après son retour, Catriona témoigne de la situation sur place, de ce qu’elle a vu, de ce qui a été fait et de ce qui reste à faire dans une des zones les plus touchées de l’archipel.

 

Photo: Catriona Statham

Frederic : I heard that you recently went to Japan to help with the effects of the earthquake and the tsunami that followed.. Were you working for an NGO there?

Catriona : It is a Volunteer Organisation called All Hands. I think that the first project they ever did was in Thailand. Then, they worked in Indonesia and they had quite a few projects in the US after Hurricane Katrina. And they finally set up a project in Japan at the beginning of May. They came quite quickly after the Tsunami.

Before I came here to volunteer I heard that a lot of places were not accepting foreigners onto their programs. They were not even accepting Japanese people from outside the prefecture.

I wanted to ask you about the way Japanese authorities may have perceived you. I am sure they were happy to get help, but we also know that sometimes they can be very proud and won’t accept much from the outside.

We were very lucky because the town where we were based, Ôfunato (大船渡) in Iwate, has a Mayor with a very international outlook. I think he had lived in the UK and Hong Kong in the past.   As a result, he was very welcoming. He knew that many places were not accepting help from outside but he said “it’s ridiculous, because of course, we need help, wherever it comes from.” He was really willing for All Hands to come and help. That is

how it started.

Is Ôfunato close to the epicenter of the catastrophe? Is it a seaside city?

Yes it is a port town.

Credit: googlemap

So I guess the place suffered lots of casualties?

Yes. I cannot give you the exact number, because everybody gave me a different one, but it is at least 300, 400, or maybe more.

The town next door, which is located a 15 minutes drive away was totally destroyed and thousands of people lost their lives. The name of the town is Rikuzentakata.

Did you have the chance to go there, or did you stay exclusively in Ôfunato?

We also did a lot of work in Rikuzentakata.

Tell me a bit more about All Hands? Where you only located in Ôfunato? How many foreigners work with the association in Japan?

All Hands was based in Ôfunato but also worked in other towns in the local area such as Rikuzentakata and also Yamada, slightly further up the coast. There were many other organizations located in other towns in the area. In Ishinomaki, there was a group called Peace Boat, which I think is actually a Japanese organization, but they had many foreigners working with them also.

In Ôfunato, half of the town had been destroyed and half of it was still ok – the old town survived, the part further away from the sea. The newest part of the town which was built along the docks was almost completely destroyed.

How many volunteers were participating in All Hands activities?

During the time that I was there the number of volunteers fluctuated a great deal, especially at the weekend. We had some permanent Japanese volunteers, but it is really hard for them to take time off work so they would often come at the weekend. The organization had a day-off on Tuesday so that it would not stop its activities during the weekend and that way more Japanese volunteers could join us.

At the weekend, we would have up to 90 or 100 people. During the week, that would go back down to 60 or 70 maybe.

Only foreigners were able to stay during the week days?

No, not at all, some Japanese people were there too, but I would say that the majority were foreigners though. During the weekend, it was more 50-50.

Have you ever heard of Habitat for Humanity? They would send groups up from Tokyo of 30 or 40 people at a time. They would come and help us out on the weekend. There was also a company called 3M which makes safety equipment. They sent up groups sometimes too.

What was your main mission in Ôfunato?

Our aim was to help people start the rebuilding process. Before you can rebuild there is a lot of preparation work that must be done and we focused on that first step of getting properties and businesses to a state from which they can be rebuilt. All Hands accept anybody to volunteer. It is first come first served. So compared to other organizations which may ask for specific skills, they were open to anybody who wanted to help. So what we did was to go to houses and remove mud. We would take out the mud under the floor boards. We would also remove rotten walls in people houses and businesses. Alongside the road there are gutters which had been filled with mud. So any time it rained, the road would flood. We removed all the dirt from inside the canals so that the draining could work properly.

Basically, it was whatever people would ask us to do. And because we were doing a good job, people started to trust us.

Photo: Catriona Statham

How did it work exactly? People from Ôfunato looking for help would just come and knock at your door?

They could do that and we would go if we felt like it was something that we could do. Sometimes, when it got too technical, we just did not have the expertise.

Did some houses have to be destroyed so that a house could be rebuilt?

Some of them were not safe, so yes. A lot of houses had to be destroyed. I worked on a sushi restaurant. It was really sad, because on the street, the building was the only one deemed safe. So even though we were helping someone to rebuild his shop, all the other buildings on either side had to be knocked down. In the end, it was just his shop on this street. He thought it is going to take him at least 3 years to reopen, but the question is, does he really want to? Because if there is nothing else in this area, if nobody else rebuilds, what is the point?

The other problem is that in some areas the coastline has actually sank by up to a meter so when the tide comes in it floods. So the question is: are they going to rebuild the area up or are they not going to rebuild at all…

What as the state of mind of the inhabitants of Ôfunato at the time? What did they think about the situation? Are they positive about the future?

It is a mixture. I think they are worried about the winter. There are still an awful lot of people living in temporary housing. Those people just moved out of evacuation centers one month ago. The only space left for the temporary housing was school playgrounds. Any public places that used to be used by people to have fun have been taken over by temporary housing. And each area is so small, it must be quite upsetting staying there. I had dinner with some people living there, and on the surface, they all tried to be very positive. But I know it is a very Japanese thing to do and that underneath the surface, they may not be all that positive. With the winter coming, it is going to be pretty hard. The winter is particularly cold in this area.

I like to think that many people were very much motivated and energized by us being there.

Can you often hear Japanese people talking about the radiation or do they keep it to themselves?

They don’t talk about it all the time. People are trying to forget about it as much as possible, but I am sure it is always on their minds. It is an important issue for them. I think they talk about it with us, because coming from outside Japan, they want to see our perception of it and hear about the foreign press.

I think that the foreign press and especially the Americans have overplayed the radiation issue a great deal. But on the contrary, the Japanese underplayed it. The truth probably lies somewhere in between the two.

The newspapers report the level of radiation every day in different areas, and I think people are aware now of what those levels mean, but who knows what is safe in reality.

Photo: Catriona Statham

You said that life is going slowly back to normal. What about institutional life? Did the kids go back to school for example?

Yes. They are having classes and even Bukatsu (club activities). I think they just try to carry on as normal as possible. But as I said, a lot of temporary housing is located on schools playgrounds. So it is complicated. Some students have to travel to different schools so that they can use the baseball ground for example.

For how long are people supposed to stay in the temporary housing?

I heard that they are only livable in for two years. They are not design to be lived in for any longer than that. Only time will tell I suppose if people have been able to move out before then. Because when you think about it, you may say that two years sounds like a long time, but six months have already passed, and people have only just been allowed to enter those temporary houses.

If they are meant to rebuild their family home or a new place to live, it is going to take a long time and and a lot of money that many people do not have. These people were not necessarily insured against a Tsunami, because it came so much further inland than anyone thought possible.

They had a Tsunami with the Chile earthquake in the 90’s, but the markers which show the water levels from that Tsunami were so low in comparison to this most recent tsunami. They were not expecting it.

How is the state of mind of people in temporary housings? Are they just thankful to at least have a roof or are they angry at the government for not moving faster?

I think they are grateful for what they have. But the government is gradually doing less and less. Where they used to give out food, they are cutting back on that. So it is necessary that other volunteer organizations develop a program there. They have to step in to fill that void.

Their businesses and livelihoods have been destroyed, so how are they going to survive? Houses are gone. How are they supposed to rebuild when they have literally nothing?

Photo: Catriona Statham

With catastrophes such as this one, the question of who is going to pay always pops up? Usually, insurance companies do not bear the cost. Is the Government going to do something for the people to have their houses built back?

Fred – this doesn’t answer the question you asked. Not sure if you changed the question afterwards??

All Hands was only supposed to stay until the end of July. I was only supposed to be there for two weeks, but then they pushed it back to the end of September. The project was due to end on the 11th of July, but by the time I got there, they decided to stay for longer.

Does the organization get any money from the Japanese government? If not, where do the funds come from?

No, they don’t get anything from the Japanese government. They did a lot of fundraising in Tokyo. They also receive a lot of support from donors world-wide.

Can you tell me a bit more about the photo restoration activity?

Basically, before I went out there, I saw on the All Hands website the story of a volunteer whose career had been to retouch photos. She does that in New York. She went to Japan just as a volunteer but then she walked into someone’s house and saw some damaged pictures and said that she could restore the photos easily using Photoshop. From this, the idea was born. She got her colleagues involved and professionals she knew in New York.

So she basically gathered photos that had been damaged and scanned them, and uploaded them on a cloud server and sent the link to everyone. People would download them from wherever they are and fix them with Photoshop and re-upload them. We would download them in Japan again and if it was good quality, we would print them out and give them back to the people they belonged to.

How did people react?

It was quite emotional. I found it quite difficult at times.

Sometimes, you just want to help people directly, but you end up sending e-mails the whole day. It’s part of the job, but when you don’t see the immediate impact it sometimes gets frustrating. So when you have the chance to hand back a photo that has been fixed, the feeling is amazing.

People can’t say they have their pictures on a hard drive, on a computer or on a DVD. They just lost everything. It’s a hard concept to imagine. And what people go back to find first, is their photos. Working in houses, we would find photos and we would ask owners it they were theirs. Often, they would answer “I don’t know who those people are”, because the photos were washed in from somewhere else.

So we would find boxes with many photos and it was very sad because we knew somewhere, someone was desperately looking for them. So as well as the retouching, we also got involved in washing the photos, especially in the town next door, in Rikuzentakata. By the time I left, they had probably hand washed about 70 000 photos.

You were trained for that?

There was a lady in Ôfunato who was kind enough to teach us, because she had studied document restoration in London.

In order to allow people to find their photos, we would put them in an album after they had been cleaned, and then send them to a place where people could come and have a look during the weekend. It is pretty scary to think that people had to look through 70 000 photos to find their own. And it is sad to think that you are waiting for people to come and look for their photos, but they may actually not be alive. Sometimes, people come and they don’t find their own, but they find pictures of friends or people that they recognized.

Can you tell me if the Japanese Media are still interested in the situation around the Tsunami area?

Yes they are. Especially because it was the 6 months anniversary recently.

The international press is also quite heavily present here. We were featured on NPR (National Public Radio) in the States. I was also interviewed for Chinese State television. The Media were especially interested in the photo project. In other towns like Yamada, they would organize a Photo Café where they would take the cleaned photos around to temporary housing, and there was often a media presence there.

Is the press welcome?

I think the journalists are welcome, but there is always a risk of the coverage being overdone. People just want to get on with their lives, so it is hard when they are always asked the same questions time and time again.

One last question. After the Kobe Earthquake, the first ones to help the local population with hot food and blankets were the Yakuzas. It is a well known fact, which put the government in a bad light, as opposed to the Yakuzas. Have you heard about something similar in the tsunami area?

No, to be honest, I haven’t. I guess that maybe after Kobe, the government made sure that if it happened again, they would act quicker.

What about power distribution in the area? Do you still experience regular cuts?

Yes, but it is not usually noticeable.

Publicités

RAKUGO/COMPAGNIE BALABOLKA

COMPAGNIE BALABOLKA/HISTOIRES TOMBEES D’UN EVENTAIL

20/08/2011

 

Non les Japonais ne vivent pas que pour le boulot. Non les Japonais n’ont pas érigé la gravité en art de vie. Oui les Japonais savent rire et oui, ils savent le faire depuis longtemps. D’ailleurs, ils en ont bien besoin en ce moment.

Ils s’appellent Stéphane Ferrandez et Sandrine Garbuglia. Il est conteur et elle metteur en scène et, à eux deux, ils proposent de faire découvrir au public français un art traditionnel japonais qui souffre parfois de la reconnaissance du et du Kabuki : le Rakugo (http://fr.wikipedia.org/wiki/Rakugo). Sorte de Stand Up assis, cet art repose sur les jeux de mots et autres quiproquos. Nul besoin de préciser qu’une adaptation en français, entre barrières culturelles et expressions intraduisibles, relève du défi suicidaire. Et pourtant ils l’ont fait.  Après six mois de recherche sur place au Japon, la compagnie Balabolka, lauréate 2009 de la Villa Kujoyama, est heureuse de vous présenter leurs Histoires tombées d’un Eventail, avec pour mot d’ordre « le rire à la japonaise ».

Pour plus de renseignements :

Blog Rakugo en français: Avignon 2011

Reportage à Paris de KTV Nov. 2010          

(diffusion limitée car images de KTV, 2010)

1ère partie du Spectacle : « Kami Kami »

(diffusion limitée car images de KTV, 2010)

 

(A Stéphane) Y a-t-il un avant et un après Japon dans ta manière de raconter ?

Stéphane : Je suis conteur et Sandrine est metteur en scène. Personnellement, j’ai toujours aimé raconter des histoires du monde entier, sans distinction aucune. Ce qui n’empêche que ma rencontre avec le Rakugo peut être qualifiée de spéciale. Je pense que j’étais prédestiné au Rakugo. La rencontre s’est faite il y a cinq ans, lors de notre premier voyage au Japon. A cette occasion, Sandrine et moi avons découvert les conteurs made in Japan, les Rakugoka. La première fois, c’était à la télé. J’avais déjà entendu parler de cet art, mais c’était la première fois que je voyais des Rakugoka en action. Leur manière de parler, de dialoguer à gauche à droite, de mettre autant de vie dans leurs histoires… Avec Sandrine, on a tout de suite senti qu’il y avait là quelque chose à faire, à prendre pour nous, quelque chose qui nous correspondait.

J’ai appris à conter avec les Griots africains et par certains côtés, ils ne sont pas si éloignés des Rakugoka. Mamadou Diallo a eu sur moi une forte influence. Depuis toujours, je raconte en bougeant beaucoup, en faisant de la pantomime. Chez moi, la démarcation théâtre-conte n’est pas toujours claire. D’autres conteurs sont plus dans le récit, plus calmes. Ca n’a vraisemblablement jamais été mon cas.

Quel était le but de votre premier voyage au Japon ? Vous aviez déjà une idée professionnelle en tête ?

Stéphane : La première fois, c’était plutôt un voyage-découverte. La culture m’attirait depuis longtemps et Sandrine était curieuse. Et puis, on est tombé amoureux du pays.

Et du Rakugo ?

Sandrine : C’est la ressemblance entre la façon de conter de Stéphane et la façon de conter des Rakugoka qui nous a vraiment interpelés. En France on nous dit souvent que Stéphane est « beaucoup trop théâtral », alors que là, on se reconnaissait dans le travail des Japonais. Stéphane, c’est un vrai « cartoon » sur scène. Avant de s’asseoir sur son coussin, il aimait sauter partout, il pouvait changer mille fois de voix, il avait toujours un nombre incalculable d’interprétations différentes. Alors quand on a vu ces Japonais qui ne font pas dans la dentelle et qui y vont à 300% avec leur humour, on s’est reconnu là-dedans. On savait dès lors ce qu’il nous restait à faire : retourner sur l’archipel et se plonger en profondeur dans le monde du Rakugo.

Et c’est là que vous avez obtenu la bourse de la Villa Kujoyama !

Stéphane : Oui, mais on serait reparti de toute manière. D’ailleurs, avant d’intégrer la Villa, on était déjà parti faire un repérage à nos frais. On s’était alors rendu à Osaka puis à Kyushu. On en a profité pour aller dans le repère du Kamigata Rakugo, pour rencontrer pour la première fois Hayashiya Someta. On a aussi assisté à nos premiers spectacles de Rakugo et visité le Waha Kamigata, le musée de la discipline…

C’est aussi au cours de ce voyage que nous sommes tombés pour la première fois sur le nom d’Henry Black. Ce personnage fascinant nous a ouvert de nouvelles perspectives. Il était étranger et conteur au Japon à l’époque Meiji. Nous avions besoin de donner une direction à notre projet, notre démarche. En découvrant l’histoire de cet homme, on s’est dit « Voilà la passerelle ».

Sandrine : Henry Black est le seul étranger devenu « maitre de la parole » au Japon, à l’époque Meiji. De notre côté, la problématique était la suivante : « Comment aller au Japon, y apprendre un art traditionnel et le transmettre en France ? » On avait besoin d’un fil conducteur. En tant que conteur étranger, Henry Black avait ouvert une brèche dans laquelle nous nous sommes engouffrés. Et pour le remercier, nous avons adapté en français plusieurs de ses histoires.

Henry Black contait en japonais pour les Japonais ? Ou bien ça démarche était elle tournée vers l’importation dans son pays d’origine ?

Sandrine : Henry Black était d’origine anglaise. Son père avait quitté la Royal Navy pour partir chercher de l’or en Australie à l’époque Meiji. Après divers pérégrinations, le bonhomme a finalement atterri au Japon pour y fonder le premier journal à l’Occidental, le « Gazette Japan ». Henry est arrivé à l’âge de huit ans sur l’archipel. Par conséquent, il était parfaitement bilingue et complètement intégré à la population japonaise, un peu trop peut être. Les Britanniques le considéraient comme un traitre à sa condition. Son frère est allé jusqu’à monter sur scène alors qu’il contait pour des Japonais pour lui signifier qu’il déshonorait la famille. A l’inverse, les Japonais le trouvaient trop étranger puisque non Japonais… Il se trouvait au milieu de ces deux mondes, à une époque charnière. Son destin est absolument fascinant et on a eu envie de le découvrir. La trajectoire de cet homme dans sa démarche artistique a été le fil auquel nous avons décidé de nous accrocher pour nous plonger dans l’univers du Rakugo.

(A Stéphane) Je suppose qu’il n’y a pas d’images d’archive vu l’époque, mais dans quelle mesure t’es tu inspiré de la manière de conter d’Henry Black ?

Stéphane : On n’a pas d’images, mais on a le son ! Parmi ses nombreuses casquettes, Henry Black était aussi producteur.

Sandrine : C’est lui qui a introduit la British Gramophone Company au Japon. C’est grâce à lui qu’on a tous les enregistrements des artistes japonais de l’époque Meiji.

Stéphane : Pour en revenir à ta question, je suis un conteur et les Rakugoka gardent leur nature, même si chacun suit l’enseignement d’une école. Moi, je m’inspire de Katsura Asakichi, un jeune maitre qui nous a ouvert de nombreuses portes. Je présume qu’il est encore Futatsume mais il est en voie de devenir un Shin’uchi, c’est-à-dire un maitre reconnu. Il fait beaucoup de contes en anglais aux Etats-Unis. Il fait parti de ceux qui transmettent déjà cet art aux pays anglo-saxons. Je m’inspire aussi de conteurs très solaires, très comiques à l’image d’Hayashiya Someta. Quoiqu’il en soit, je ne suis pas le personnage d’Henry Black en lui-même. En revanche, Sandrine s’atèle à écrire la biographie théâtrale d’Henry Black et si j’ai l’honneur de le jouer, je m’approcherai surement plus de lui à cette occasion.

Les contes qui composent votre spectacle Histoires tombées d’un Eventail sont des transcriptions de contes préexistants ? Des compositions personnelles ?

Stéphane : Ce sont des contes préexistants. Notre spectacle comporte trois types de transcriptions différentes. La première, qu’on n’a pas encore pu tester au Japon, est tirée d’un recueil d’histoires Zen. Les Rakugoka, à l’origine, racontent des histoires qui viennent du Zen. Il y a 400 ans, les prédicateurs bouddhistes endossaient le costume de conteur. On a trouvé une vieille histoire racontée à la base par le maitre Taisen Deshimaru qui était déjà écrite en français. On l’a donc adaptée au Rakugo, avec des dialogues bien vivants et elle marche très bien. Le Rakugo se base souvent sur des jeux de mots et dans ce conte, on joue sur le kanji « Kami » qui désigne à la fois un dieu et les cheveux. C’est l’histoire d’une femme qui va finir par faire pipi sur le seul endroit où il n’y a pas de « Kami », c’est-à-dire sur le crane de son mari.

Ensuite, on a ramené du Japon des histoires d’Henry Black dont Tameshizake. Henry Black a débuté à l’époque Meiji en s’inspirant de blagues anglaises qu’il adaptait. Tameshizake est à la base une histoire de soldats réunis autour d’une bière en Angleterre, qui a été transformée en une histoire de Japonais réunis autour d’un verre de Sake. C’est un conte inédit qui n’a jamais été traduit en français. Sandrine l’a intégralement adapté à l’aide de jeux de mots français ou en jouant sur le niveau de langue, puisque l’effet comique du texte repose sur les différents degrés de politesse dans la langue japonaise. L’histoire relate les interactions entre un serviteur de la campagne et un gars de la ville.

Enfin, dans le Rakugo, il y a des histoires très classiques, contées par tous les apprentis Rakugoka à leurs débuts comme Toki Udon. Ce conte nous a été transmis par un maitre en japonais et en anglais. C’est une histoire de mangeurs de nouilles et d’arroseur arrosé.

Ces trois types d’histoires représentent trois courants du Rakugo.

Le Rakugo est un art humoristique. C’est un véritable challenge de vouloir adapter de l’humour !

Stéphane : Il y a des choses qui ne passent pas. Les jeux de mots à tiroirs, les homophonies basées sur les kanjis… On ne peut pas tout faire.

Sandrine : Pour résumer, sur cent histoires, on va peut être en retenir dix. On va de préférence choisir le comique de situation pour éviter d’avoir trop de traductions de jeux de mots à faire. On en parlait avec Katsura Koharudanji qui est un des plus grands conteurs au Japon. Il nous disait que même s’il conte en japonais, le choix des histoires est ce qu’il y a de plus délicat lors de ses tournées à l’international. Tout ne va pas s’exporter. Seul le comique de situation peut fonctionner.

Le Rakugo est un art traditionnel avec des écoles, une hiérarchie. J’imagine que ce n’est pas un milieu particulièrement ouvert. Comment avez-vous été reçus au début ?

Sandrine : On s’est dit qu’on n’allait vraiment pas y arriver. Au début, on nous prenait pour des touristes avec un hobby. Tout le monde était très gentil. Tout le monde nous recevait avec le sourire, mais au moment de se dire au revoir, personne n’avait vraiment compris l’objet de notre rencontre.

A la base, nous voulions commencer par la biographie théâtralisée d’Henry Black. Mais quand on veut devenir Rakugoka, on commence par laver les chaussettes du maitre durant six mois. Tu peux donc imaginer qu’ils ne pouvaient cautionner un spectacle que nous voulions monter  en une demi-année…

Pour contourner le problème, nous avons décidé de nous rendre au centre de la parole à Osaka, le Waha Kamigata où nous avons rencontré une jeune fille qui nous a parfaitement renseignés en nous suggérant d’aller voir les jeunes Rakugoka, ceux justement qui content en anglais. Ainsi, nous avons pu rencontrer Katsura Asakichi qui est lui dans une démarche d’exportation. Il cherche à faire vivre son art à l’étranger pour qu’il ne s’éteigne pas au Japon.

Stéphane : Peut être que l’effet média a aussi joué en notre faveur. Les Japonais ont pu nous apercevoir sur Kansai TV et La NHK nous a filmés à la Japan Expo. Peut être que nous pourrons faire fructifier ces apparitions et que les portes s’ouvriront encore un peu plus à l’avenir.

Le Rakugo est un art encore très vivant au Japon ?

Stéphane : Il faut savoir que le Rakugo est un art en perpétuelle évolution fait d’histoires modernes dans lesquelles on n’hésite pas à rire de la société actuelle. Le Rakugo est un univers riche, relativement traditionnel, mais qui a su s’adapter aux modes de communication d’aujourd’hui. La télévision apparait comme un bon support de promotion ! Le drama Tigres et Dragons a fait de Shunputei Shota une véritable star (http://www.dailymotion.com/playlist/xg6a5_khamedx_tiger-dragon-episode-sp/1#videoId=x52q1z).

On aimerait pouvoir transmettre aux Français l’idée que le Rakugo est un art qui vit, qui bouge, ce qui est loin d’être le cas actuellement. On l’a encore vu lors du tracktage à Avignon. Pour le public sur place, les Japonais sont des gens «tristes », au mieux « sérieux ». Les aprioris ont la vie dure… Mais il n’y a pas que le Kabuki ou le , il y a aussi le Rakugo !

Comment s’annonce la suite pour vous ? D’autres destinations, d’autres pays  sont au programme?

Stéphane : On va rester concentrer sur le Japon. C’est un long chemin. Pour le moment, on est considéré comme un OVNI théâtral en France. Mais le Rakugo, c’est du conte et nous sommes persuadés que cet art à un avenir dans l’hexagone ! On aimerait jouer notre spectacle dans différents festivals de conte. La programmatrice de La Route des Contes, un festival de la Celles-Saint-Cloud nous a vus à la Japan Expo et nous a proposés de clôturer l’évènement. Je pense qu’on peut plaire parce qu’on amène quelque chose de nouveau.

Par ailleurs, on en a aussi gardé sous le coude. On devrait pouvoir travailler sur plusieurs autres projets : l’histoire d’Henry Black bien sûr, mais aussi d’autres contes que nous voudrions transmettre et adapter. On est parti pour quelques temps.

Deux mots sur votre tournée qui était prévue au Japon au printemps 2011 et qui est forcément tombée à l’eau.

Sandrine : On devait faire la tournée des Alliances Françaises, en commençant par l’Institut Franco-Japonais de Tokyo avec le programmateur Cyril Coppini qui est un grand amateur de Rakugo. Par la suite, on devait partir à Kyoto, Osaka, Nagoya… Nos valises étaient prêtes. On devait partir le 15 mars et le séisme a secoué le Japon le 11. Nous étions quand même prêts à sauter dans l’avion, jusqu’à ce qu’un communiqué du ministère des affaires étrangères nous en dissuade. De toute manière, l’Institut a annulé la tournée. Mais bonne nouvelle, le programmateur a repris contact avec nous courant juillet. La tournée est confirmée pour le printemps 2012 ! On ne pense qu’à une chose, repartir !

Est-ce que les Rakugoka au Japon ont entendu parler de vous ?

Stéphane : Oui, on commence à se faire un petit nom et c’est amusant. C’est arrivé que des Japonais nous dévisagent dans le train parce qu’ils ont vu notre photo dans le journal. A notre retour en France, une Japonaise a été interloquée par mon écran d’ordinateur où on pouvait voir un Rakugoka en fond d’écran. En levant les yeux, elle m’a reconnu et s’est exclamée « Je vous ai vu dans le Yomiuri ».

Vous allez devenir les ambassadeurs du Rakugo en France ! Allez-vous essayer de faire venir des Rakugoka japonais en tournée ?

Stéphane : Notre priorité, c’est bien sûr notre propre spectacle. Mais si tout roule, nous aimerions nous ateler à l’organisation d’un festival dédié au Rakugo en France, avec des conteurs du Kamigata et du Kanto.

Sandrine : On est soutenu dans notre démarche par la Fondation Franco-Japonaise Sasakawa (http://www.ffjs.org/). On espère que d’ici deux à trois ans, ils seront à nos côtés quand nous essaierons de faire venir des Rakugoka en France dans le cadre d’un événement organisé autour de la culture populaire japonaise.

Au cours de votre séjour au Japon, avez vous rencontré d’autres conteurs non-japonais qui cherchent, comme vous, à faire voyager, à exporter le Rakugo ?

Sandrine : Non… On a bien rencontré deux étrangers rakugoka, mais ils vivent et se cantonnent au Japon. Ils ont décidé de quitter leur pays pour faire carrière là-bas. Il y a Diane Orrett qui conte en anglais et en japonais, au Japon depuis 20 ans. Il y a aussi un jeune conteur canadien, qui se fait appeler Katsura Sunshine, disciple d’un maitre de la famille Katsura, comme son nom le laisse entendre.

Ils ont réussi à se faire accepter du monde du Rakugo ?

Stéphane : Je ne sais pas exactement où en est Katsura Sunshine, mais en ce qui concerne Diane Orrett, le problème, c’est plus son sexe que sa nationalité. Le Rakugo n’est pas très branché femmes. Par conséquent, elle est plutôt perçue comme un « performer ».

Sandrine : Elle n’est pas Rakugoka, ou en tout cas, pas considérée comme tel. Sur huit milles Rakugoka au Japon, seulement cinq cent sont des femmes. On a eu la chance d’interviewer l’une d’entre elles qui nous a expliqués qu’il y a une vingtaine d’années, à l’époque où elle a commencé, à chaque fois qu’elle montait sur scène, la salle était perplexe, ne pouvant définir à quel type de spectacle ils assistaient. En aucun cas ça ne pouvait être du Rakugo, une femme se tenant en face d’eux… Et pourtant, elle a tout essayé : elle s’est rasée le crane, elle s’est habillée en homme. Alors je te laisse imaginer ce qu’il en est pour Diane Orrett, femme et Anglaise de surcroit… Pour les Japonais, elle fait de la « performance ». C’est sympa et les Japonais rigolent bien, mais il n’y aura jamais cette reconnaissance dont l’art traditionnel peut bénéficier.

Sandrine metteur en scène et toi, Stéphane, Rakugoka, le hasard fait bien les choses…

Stéphane : Très certainement.

FLORENT CHAVOUET

10/06/2011

  « Je suis un éternel touriste au Japon ». Il y a fort à parier que les habitants de l’ile de Manabé, dans la préfecture d’Okayama, ne partage pas vraiment ce regard porté par Florent sur lui-même et son travail. Pas après ce qu’il a accompli, pas après avoir su saisir l’essence de cette petite communauté dans un livre à l’humour doux et aux dessins chaleureux.

Florent ne parle peut être pas le japonais (ou pas bien), mais il est pourtant l’auteur de deux livres de dessins sur le Japon – Tokyo Sanpo en 2006 et Manabé Shima en 2010 – qui en disent long sur l’amour qu’il porte à ce pays. Outre la qualité de ces témoignages au crayon de couleur, l’intérêt des deux ouvrages reposent sur la fraicheur non feinte avec laquelle Florent traite ses sujets. Le moteur de cette narration en images, c’est la découverte, la découverte par un jeune Français de la mégalopole japonaise et de son parfait opposé, une ile quasi-déserte de la mer intérieure. Florent nous en dit un peu plus sur le pourquoi du comment.

 

Le projet Tokyo Sanpo est né de ton premier voyage au Japon ?

Non. Tout le monde croit ça, mais, même si je ne le dis pas dans la préface, j’étais déjà allé au Japon avant d’aller à Tokyo pour faire Tokyo Sanpo. C’était alors mon troisième voyage. En revanche, c’était bien la première fois que j’y vivais, que j’y habitais. Ca a été le plus long séjour que j’ai pu faire dans le pays (six mois).

Tes premiers séjours étaient plutôt des voyages de courte durée ?

La première fois, j’étais allé deux semaines à Kobe et Osaka pour rendre visite à des amis. La deuxième fois, c’était avec un copain français. On a fait une sorte de traversée du Japon à vélo. On est parti de Narita pour se rendre à Osaka et entre les deux, on a zigzagué. On est allé du côté de la mer du Japon. On est même allé à Shikoku. Le voyage a durée un peu moins de deux mois. C’était en 2004, on avait gagné une bourse avec la Mairie de Paris : Paris Jeunes Aventures. Ils nous ont financé les deux tiers du projet.

Dans ton projet de l’époque, il y avait déjà l’idée de partir dessiner le Japon ?

Le projet qu’on a proposé à Paris Jeunes Aventures, c’était de refaire la route du Tokaido version moderne. On voulait refaire les 53 stations d’Hiroshige (http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Cinquante-trois_Stations_du_T%C5%8Dkaid%C5%8D). Le pitch, c’était de les parcourir à vélo et de faire un dessin pour chacune des 53 étapes. En fait, les plans ont un peu dévié une fois sur place. On aurait fait cette route en deux ou trois semaines et nous, ce qu’on voulait, c’était simplement découvrir un pays, être à vélo au Japon et voir un maximum de paysages différents. On est allé dans les montagnes du côté de Nagano, du côté Pacifique, du côté Mer du Japon, à Shikoku…

C’est ce voyage qui t’a donné l’idée de dessiner ton expérience japonaise ? Tu avais une idée professionnelle en tête en partant vivre à Tokyo ?

Non, pas du tout. Je savais juste que j’allais avoir un peu de temps. Quand j’ai débarqué à Tokyo pour six mois, j’étais avec ma copine. Elle avait un boulot. Pour elle, tout était carré. De mon côté, j’avais espoir de trouver un petit job, pour pouvoir l’aider financièrement.

Tu es parti avec le visa Vacances-Travail ?

Oui. Mais une fois sur place, je n’ai pas trouvé de boulot. J’ai fait tous les cafés français, mais je n’avais pas le niveau de japonais requis pour servir. Donc finalement, je me suis dit que j’allais mettre tout ce temps libre à contribution et je me suis fixé comme objectif de réaliser un dessin par jour à Tokyo. Je m’étais fixé des horaires de bureau en quelque sorte. Avec un dessin par jour au minimum, j’en ai rapidement accumulés. Il m’arrivait même de faire deux pages par jour. Du coup, petit à petit, ça a commencé à ressembler à quelque chose. Pas encore un livre pour autant ! Progressivement, je me suis imposé des sujets. Je me disais « tu as dessiné trop d’immeubles, maintenant tu vas t’intéresser aux gens ou tu vas faire des objets…. ». Je commençais à essayer de structurer la chose, même si ça partait encore un peu dans tous les sens. Mais à l’époque, je n’avais aucun contact dans l’édition, je n’avais aucun projet concret.

Au bout de six mois, tu n’étais pas à cours de sujets ? Ca venait encore assez naturellement ?

Si j’étais resté un an, j’en aurais fait le double tout simplement ! Moi, je découvrais la ville, je découvrais Tokyo. Quand je suis là-bas, je suis toujours à m’extasier de tout. Mes sujets, je n’ai pas particulièrement besoin de les chercher.

Le cheminement de Tokyo Sanpo est facile à saisir : tu arrives au Japon, dans la capitale du pays et tu t’émerveilles de tout ce qui t’entoure. Ton inspiration vient de la surprise. Mais pour Manabé Shima, le concept semble différent. Tu sais ce que tu veux avant de partir. Comment as-tu fait pour choisir cet endroit ? C’est très particulier. J’ai habité deux ans au Japon sans jamais en entendre parler…

Ne t’inquiète pas, la majorité des Japonais aussi. Même les habitants de la préfecture d’Okayama où se trouvent l’île ne connaissent pas tous. En fait, j’ai voulu prendre l’exact contre-pied de ce que j’avais fait avec Tokyo Sanpo. Pas dans le dessin, mais dans le thème.

Quand Tokyo Sanpo est sorti et que j’ai commencé à faire des dédicaces, des salons, à rencontrer le public en France, on me posait beaucoup de questions sur le Japon en général et sur Tokyo en particulier. Mais pour moi, Tokyo n’a jamais été ce que j’ai préféré du pays. Je suis très content d’y avoir habité, de l’avoir vu, mais si je devais choisir un endroit où rester au Japon, je ne choisirais pas la capitale. Donc ça m’embêtait un peu de disserter sur cette ville, de raconter Shibuya, Shinjuku, alors qu’en fait, ce n’est pas l’aspect du Japon que je préfère. Je préfère l’aspect plus provincial. Ca vient probablement de mon voyage à vélo. La campagne, les petits villages, les agglomérations de taille moyenne. J’aime apercevoir les montagnes depuis les centres-villes, j’aime quand les ports ressemblent effectivement à des ports. C’est ce que je reproche à Tokyo, il est difficile de voir que c’est un port ! Et puis c’est difficile d’en sortir. Alors que depuis Osaka, qui n’est pourtant pas la plus petite des villes, on est à moins d’une heure de Kyoto, qui a déjà une atmosphère totalement différente.

C’est ce que j’aime dans toute ville et c’est pareil à Paris. Ce que j’aime, c’est de savoir s’il est possible d’en sortir ! Je ne pense pas que ce soit le cas à Tokyo. C’est pour ça que je préfère la campagne. Et quitte à faire un bouquin sur la campagne japonaise, autant y aller à fond. J’avais déjà fait un livre sur la ville et pas la moindre avec Tokyo. Je me suis dit que j’allais traiter de son exact opposé. Face à un espace urbain, vaste, sans début et sans fin, je ne voyais qu’une ile, un milieu petit, clos, avec des frontières bien délimitées.

Pourquoi Manabé ? Tu as googlé « ile déserte japonaise » et c’est sorti ?

Je savais que je voulais aller sur une ile, mais je ne savais pas laquelle et au Japon, il y a plutôt le choix. J’avais des considérations d’ordre technique. Je cherchais quelque chose qui ne soit pas non plus complètement inaccessible pour une question de budget. Le sud du sud d’Okinawa, ce n’était pas faisable ! Du coup, je me suis vite rabattu sur des iles assez proches des côtes.

Pour ce faire, j’ai tout simplement pris une carte du Japon et j’ai repéré les zones à forte concentration d’iles, soit le sud de Kyushu ou alors la mer intérieur. Je me suis rabattu sur la mer intérieure pour des questions d’accessibilité, là encore. Face à la centaine d’iles qui s’offraient à moi, j’ai fonctionné par élimination basée sur certains critères : critères de taille, de densité… Je savais qu’il fallait moins de mille habitants. Au niveau de la taille, je pensais à environ 5 km de long. Et je ne voulais pas une ile connue. Je ne voulais pas atterrir à Miyajima par exemple. Je voulais une ile anonyme. Ce qui ne veut pas dire pour autant trois cabanons qui se courent après, mais plutôt une ile « normale » avec des pêcheurs, une buvette…

Tu as mis combien de temps pour trancher ?

Un peu moins d’un mois. Le problème, c’est que j’ai commencé à chercher en même temps que j’en parlais à mon éditeur. Je ne pouvais pas encore y retourner par mes propres moyens et puis honnêtement, je ne savais pas si mon scénario, mon idée de base tenaient la route. Elle tenait en tout cas sur un bout de papier. Ca peut être un peu flippant ! Jusqu’au dernier moment, quand j’ai pris le bateau pour Manabé Shima, je n’étais sûr de rien. Je me disais « qu’est ce que je vais trouver là-bas ? ».

Dans un espace aussi inexploré, un peu clos, tu n’as pas eu de problème avec les habitants qui auraient pu se montrer méfiant ?

J’avais un peu peur de ça. J’avais pensé en amont et je m’étais dit que dans le pire des cas, si je n’étais pas bien intégré, si j’étais un peu seul, ça aurait quand même pu faire un sujet. L’idée était la suivante : un jeune Français qui part deux mois sur une ile japonaise complètement paumée et advienne que pourra. Le manque de communication et de liens aurait pu être mon sujet. Ca aurait été dommage, mais ça n’aurait pas été dramatique, seulement révélateur d’une difficulté à s’intégrer dans les campagnes.

Au final, tu as été assez vite intégré ? Tu parlais peut-être mieux le japonais après tes six mois passés à Tokyo ?

Je parlais très moyennement. Je suis très mauvais en langue, mais ce n’est pas une excuse… J’ai fait peu d’efforts à Tokyo et le peu que j’ai appris, je l’ai rapidement oublié. Et puis entre Tokyo en 2006 et Manabé Shima à l’été 2009, il s’est quand même passé trois ans.

Tu n’as pas vécu ça comme un frein à ton projet ? Comment tu faisais pour communiquer avec les habitants de l’ile ? Vous vous compreniez autour d’une bière ?

Oui, c’est à peu près ça. Ils avaient un fort accent. Pas tous, mais dans ce coin là, ils sont de la campagne et en plus, ceux qui viennent te parler sont bien bourrus et déjà à moitié bourrés. Donc même avec un japonais un peu plus performant, je ne suis pas sûr que j’aurais plus compris certaines situations.

Tu as gardé des relations fortes avec les habitants de l’ile ? Tu leur as envoyé ton livre ?

Oui, en plusieurs fois. Ils en ont reçu une quinzaine au départ de mon éditeur. Ensuite, ils en voulaient 80 et là, ils m’en ont demandé 100. J’y suis retourné en plus entre temps. Deux fois. L’été dernier et aussi à la fin de l’hiver en février-mars 2011 pour les voir. Ils m’ont fait une petite fête d’Okaeri (de retour). J’ai pris des nouvelles, je suis retourné à l’hôtel…

Comment ont-ils accueilli le livre ?

Ils étaient très fiers ! Après, ils ne comprennent pas le français, donc ils ne se basent que sur les dessins. J’ai vaguement essayé de leur expliquer. Mais l’important, c’est qu’ils se reconnaissent, qu’ils reconnaissent l’époque durant laquelle j’étais sur l’ile…

Ils sont fiers. Ils ont quand même conscience  que leur petite ile, j’essaie de la valoriser ! L’exode rural a un gros impact au Japon. Certaines iles s’en sortent mieux, elles ne sont pas toutes en train de se vider, mais sur Manabé Shima, il n’y a pas grand-chose à vendre. Il y a l’hôtel avec des touristes qui viennent le weekend et l’été, mais comme c’est tout petit et que le touriste japonais, il lui faut des choses à voir, à boire et à manger… Et comme le touriste étranger n’y va parce qu’il ne connait pas…

Tu sais si ton livre leur a amené un ou deux touristes français ? Des gens qui seraient arrivés le bouquin en main ?

Je sais que quelques Français y sont allés, mais ce sont quelques amis que je connais, donc ça ne compte pas ! En revanche, j’ai fait découvrir l’ile à des Japonais. C’est pour ça que j’aimerais bien que le bouquin soit traduit dans leur langue. Pour le moment, je n’ai pas de piste. Plus que le premier, je préfèrerais voir le deuxième traduit. Sans prétention, je pense pouvoir faire découvrir quelques trucs sur leur pays à des Japonais. Les gens de Tokyo ou Osaka, je ne suis pas sûr qu’ils connaissent vraiment ce Japon là. Je veux leur montrer qu’il y a de petites iles, que ça vaut le coût de s’y intéresser et que les gens sur place ne sont pas des ploucs. Je veux leur montrer que si un étranger peut se rendre dans ces coins là, c’est que finalement, ce n’est pas si nul que ça.

Tu as un troisième projet sur le Japon en cours ?

Non, mais j’y réfléchis beaucoup. Le problème, c’est que depuis la sortie du deuxième, j’ai fait pas mal de dessins de commande… Pour l’édition, j’ai illustré un bouquin pour enfants qui va sortir à l’automne prochain, mais qui n’a rien à voir avec le Japon.

Tes livres reposent sur le décalage du Français au Japon qui est en pleine découverte. Mais tu as encore des choses à découvrir ?

Je suis un éternel touriste au Japon ! Déjà, du fait que je ne parle pas la langue, beaucoup d’aspects me restent difficilement accessibles.

Tu penses que tes livres auraient perdu en qualité si tu avais pu parler le japonais ?

Je ne dirais pas ça. Ca aurait été différent. Ce n’est peut-être pas bien mais je sais que c’est aussi utile de jouer le naïf parfois. On s’est rendu compte de ça avec mon ami avec qui je suis parti à vélo. Quand on allait dans les bouibouis, on était rodé. On faisait semblant de n’avoir jamais goûté du saké pour qu’ils nous en offrent. Les Japonais sont toujours heureux de faire découvrir leurs spécialités. Ils sont touchants pour ça ! Mais il ne faut pas en abuser au risque de revivre les mêmes scènes encore et encore… Gare au surplace !

Pour le coup, il y a une certaine logique dans mes deux premiers ouvrages autour de cette dualité Japon des villes-Japon des champs. Pour un troisième, il faudrait vraiment que je trouve un angle différent pour que ce soit pertinent. Je peux en faire un sur Kyoto, sur Hokkaido, sur Okinawa, sur les montagnes… Mais je ne suis pas sûr d’avoir envie de ça. A un moment, il faut savoir changer, même si je ne suis pas sûr d’en être capable.

CHRISTIAN

21/04/2011


Quand on quitte le Japon, son pays d’accueil et ses collègues en période de crise, comment le vit-on ? Christian répond en toute honnêteté.


Brièvement, est ce que tu pourrais me dire où tu étais au moment où le tremblement de terre a frappé Tokyo ? Quelle a été ta réaction ? Quels sentiments t’ont traversé l’esprit ?

Le jour du tremblement de terre j’avais pris un jour de congé et, après être sorti le matin, je me trouvais dans mon petit appartement dans le sud de Tokyo, debout dans le couloir au moment de la première secousse. Je suis Français et je n ai pas grandi dans une zone d’activité sismique. Les tremblements de terre ne sont pas quelque chose de « naturel », de « connu », quelque chose que mon corps, mon système nerveux auraient l’habitude de détecter. De ce fait, chaque fois que la terre tremble, il y a un petit temps de latence avant que je prenne conscience que c’est vraiment en train d’arriver, que ce n’est pas une illusion.

Il faut dire qu’on sent beaucoup moins les secousses quand on est debout. Dans les premières secondes je me suis arrêté sous l’encadrement de la porte de ma chambre (ce qui est un faux « bon conseil » incroyablement répandu) croyant que comme souvent la secousse serait brève.  Cependant, après une dizaine de secondes, l’intensité du phénomène s’est accrue, la porte des toilettes et de ma chambre se sont mises à tourner sur leurs charnières et j’ai alors compris que ce j’avais vécu jusqu’ici n’était rien comparé à ce qui arrivait. J’ai vérifié que le gaz était coupé, j’ai pris mon sac « tremblement de terre » que j’avais préparé il y a quelques mois – à l’époque comme un jeu – et je suis allé m’assoir sous ma table, avec mon smartphone à portée de main pour pouvoir rester en contact avec le monde extérieur.

C’est marrant, je réagis toujours de la même manière face à un séisme. La première question que je me pose est « jusqu’où ça va aller ? ». Je me la suis posée cette fois encore. En revanche la suite a différée. J’ai simplement attendu sous ma table que les secousses s’arrêtent en regardant les cloisons bouger, et en vérifiant autour de moi que rien dans mon appartement n’était en train de tomber ou de s’effondrer.

La première fois que tu as entendu parler des problèmes à la centrale de Fukushima, comment as-tu réagi ?

Les premières informations faisant écho des problèmes à la centrale de Fukushima nous sont parvenues le jour suivant le tremblement de terre, le samedi. Les news faisaient seulement état de « problèmes », sans aucun détail sur la nature et l’étendue des dégâts. J’ai passé le week-end dans mon appartement, la TV japonaise allumée en permanence. Le Tsunami et les destructions dans le Nord-Est étaient les principaux sujets couverts. Ce n’est que le samedi soir voire le dimanche matin que l’on a commencé à parler des problèmes de refroidissement des réacteurs à la centrale. Ensuite, le lundi,  il y a eu la première explosion d’hydrogène dans un des réacteurs, puis deux autres réacteurs étaient touchés les jours suivants.

Le premier message de l’Ambassade de France qui nous est parvenu le dimanche après-midi était assez déstabilisant. On conseillait aux Français dont « la présence à Tokyo n’était pas nécessaire » de s’éloigner par précaution, alors qu’aucun risque n’était encore avéré. Je travaille pour une entreprise japonaise, je ne pouvais pas partir comme ça et j’ai donc fait le choix d’ignorer cet avis – tout en informant le manager de mon département du message de l’Ambassade le lundi matin – et de rester au côté de mes collègues japonais en gardant bien sûr un œil sur l’évolution de la situation.

Es-tu rentré en France et si oui, à quel moment ? Quels sont les éléments qui t’ont convaincu ?

Oui, je suis finalement rentré en France. Une semaine exactement après le tremblement de terre. L’évolution de la situation à la centrale durant ce laps de temps, avec notamment l’accumulation de problèmes le mardi et le mercredi – combustible se retrouvant hors de l’eau dans les réacteurs, explosions des enveloppes extérieures et largage d’eau par hélicoptères – et le constat a travers les conférences de presse successives que TEPCO et les autorités japonaises semblaient tomber des nues à chaque nouvel incident ont été des éléments déterminants évidemment. Le mardi et le mercredi, mon efficacité au travail fut extrêmement mauvaise car je suivais les informations en continu. Je pouvais sentir mes collègues japonais se tendre de plus en plus, tout en essayant de ne rien montrer.

Cependant, ne souhaitant pas les abandonner, j’avais dans un premier temps décidé de moi aussi faire comme si de rien n’était. C’est le deuxième message de l’Ambassade de France qui a fait finalement pencher la balance. On y parlait « d’aide au retour » et de « préparation pour la distribution de pastilles d’iode ». Je suis allé négocier avec mon manager la possibilité de prendre des congés.

La différence de ton entre les informations venant de France ou de mes amis étrangers ici et celui des autorités japonaises, se voulant aussi rassurantes que possible, a de loin été l’élément le plus perturbant. Le risque de contamination radioactive n’étant pas quelque chose de visible, et le nucléaire étant un domaine extrêmement  pointu et controlé par les gouvernements, il est très facile de paniquer et de verser dans une paranoïa irrationnelle en doutant de tout et de tous. Je ne maitrisais rien et c’était particulièrement difficile de me faire ma propre opinion. D’ailleurs je n’y suis pas arrivé. Pas avant d’être rentré en France et d’avoir un peu de recul.

Pourquoi ne pas avoir opté pour une simple visite dans le Kansai comme de nombreux autres étrangers ?

J’en ai discuté avec mon manager après le second message de l’Ambassade de France. Je lui en ai traduit le contenu. C’était bien plus insistant que le premier. Je lui ai présenté les deux options qui s’offraient à moi : aller quelques jours dans le Kansai pour simplement suivre les consignes de l’Ambassade, ou bien en profiter pour prendre mes vacances annuelles en France et envisager, selon l’évolution de la situation, mon retour au Japon. Ca tombait bien, j’étais dans une période plutôt calme pour moi au bureau. Il m’a laissé faire le choix. J’ai choisi de rentrer. Pour me rassurer, rassurer ma famille et mes amis et me permettre de prendre du recul par rapport à la situation.

L’accident n’étant pas du type Tchernobyl avec des rejets radioactifs dans l’atmosphère d’une ampleur susceptible de rendre la vie a Tokyo impossible, je n’ai jamais pensé ne pas rentrer au Japon après mes vacances. En revanche, pouvoir m’éloigner quelques jours m’a fait énormément de bien.

Quelle a été l’option choisie par tes autres collègues étrangers ? Tes collègues japonais ?

La plupart de mes amis français ont suivi les consignes de l’ambassade de France à la lettre et sont partis dans le Kansai. Parfois sur ordre de leur employeur et ce dès le lundi suivant le tremblement de terre. Deux collègues étrangers ont décidé d’attendre la fin de la semaine pour partir, comme moi. Ceux ayant un conjoint japonais et/ou des enfants au Japon sont restés à Tokyo pour la plupart. Pour eux comme pour mes collègues japonais, partir quelques jours en dehors du weekend n’était pas vraiment une option. Pourtant ce n’est pas l’envie qui leur manquait.

Est-ce que tu penses que tes collègues japonais étaient aussi libres de leurs mouvements ou être un étranger peut s’avérer être un avantage en situation de crise ? Penses tu que certains de tes collègues Japonais auraient préféré quitter Tokyo ?

La réponse aux deux questions est clairement oui. Etre un étranger est un avantage dans ce genre de situation de crise et, s’ils avaient eu le choix, la plupart de mes collègues auraient préféré quitter Tokyo.

En vivant a l’étranger, on a toujours le confort de pouvoir se dire : « Dans le pire des cas, si tout tourne au vinaigre, je peux toujours rentrer dans mon pays et prendre un nouveau départ ». Cela peut paraitre très égoïste par rapport à mes collègues japonais mais c’est aussi la réalité. Toutefois, cela ne rend pas pour autant la décision de partir plus facile a prendre et, dans ma tête, j ai toujours conçu mon éloignement  comme momentané, et non comme un départ. Je savais qu’une fois mes vacances terminées, je serais de retour à Tokyo.

Pour mes collègues japonais, la réaction et le choc furent très différents selon qu’ils avaient de la famille dans la zone touchée ou non. Ceux qui avaient de la famille dans le Nord-Est ont parfois mis plusieurs jours avant de pouvoir prendre contact avec leurs proches. Par conséquent, Fukushima était un problème de second plan à leurs yeux. Pour les autres, leurs inquiétudes se cristallisaient autour des coupures d’électricité dans la capitale, de la pénurie de certains produits de base et de la centrale. S’ils avaient pu, ils auraient quitté Tokyo.

En tant qu’étranger travaillant dans un grand groupe japonais au Japon, ressens-tu une responsabilité plus forte envers ton entreprise que si tu avais été étranger travaillant pour un groupe français ou pour une entreprise de moindre importance ?

Il ne s’agit pas tant d’un sentiment de responsabilité, que du sentiment d’être un représentant de mon pays. Il y a aussi un devoir de reconnaissance envers tout ce que le Japon m’a apporté ces dernières années. Ainsi, la taille de l’entreprise importe peu, mais effectivement je sens que pour mes collègues, je représente un bout de France et qu’à ce titre je projette une certaine image qui influencera leur vision du pays. Il s’agit d’un devoir de reconnaissance et de loyauté envers ce que le Japon, mes amis japonais  et l’entreprise qui m’emploie m’ont offert depuis presque 5 ans que je suis ici. Je ne me voyais pas les abandonner dans cette situation et, si au bout du compte j’ai suivi les consignes de l’Ambassade de France, ce fut surement une des décisions les plus difficiles à prendre de ma courte vie.

As-tu eu le sentiment d’abandonner tes collègues ?

Oui, notamment avant d’en avoir parlé avec mon manager japonais et au moment de leur annoncer. Cependant, le soulagement de savoir que je pouvais rentrer m’a paradoxalement aussi libéré d’un poids (par rapport à ma famille et mes amis vis-à-vis desquels je me sentais coupable de ne pas rentrer des les premiers jours de la crise), et m’a poussé à faire le maximum avant de partir pour finir au mieux mon travail.

En même temps, le sentiment d’abandon n’était pas total car dans ma tête mon retour à Tokyo n’a jamais fait aucun doute et, même s’ils ne pouvaient pas m’encourager non plus, je sentais qu’une majorité de mes collègues comprenaient tout de même la situation et savaient qu’ils auraient fait de même si nos positions avaient été inverses.

As-tu regretté ta décision de rentrer ?

Non, dans la mesure où je n’ai pas mis mon manager et mes collègues devant le fait accompli et que j’ai négocié mon retour en le couplant à la prise de mes vacances annuelles. Le deal avec mon manager était que je profite de cette opportunité  pour prendre mes vacances annuelles en France.

As-tu regretté les paroles de l’ambassadeur de France au Japon qui laissait entendre dans les médias japonais qu’il n’avait pas ordonné aux Français de rentrer et que, ceux qui avaient opté pour cette solution, l’avaient fait en leur âme et conscience ?

Oui, dans la mesure où cela me parait être une présentation relativement biaisée de la réalité. Je n’ai aucune critique à émettre envers la gestion concrète de la crise dans sa totalité par la cellule de crise de l’Ambassade. Ses membres ont été très présents au vu de la confusion et de la rareté des informations disponibles. Simplement, le premier message enjoignant les Français à s’éloigner de Tokyo est à mon avis venu trop tôt, alors que la situation à la centrale n’était pas encore vraiment connue. La question du timing est cependant secondaire car la suite des événements et notamment l’aggravation de la situation à Fukushima a donné raison à l’Ambassade.

Par contre, au-delà de la question du timing, lorsque l’on décide en temps qu’Ambassade de diffuser un message recommandant de s’éloigner, même si c’est une simple mesure de prudence, il est évident que cela va avoir un fort impact. Recevoir une telle « suggestion » n’a rien d’anodin pour un citoyen vivant dans un pays étranger et ce d’autant plus dans un pays avec une langue aussi « étrangère » que le japonais. Cette situation particulière fait que de nombreux expatriés n’ont pas forcement facilement accès aux informations japonaises et sont dépendants des informations de ’Ambassade.

Que cela ait été voulu ou non, les messages de l’Ambassade ont poussé beaucoup d’entreprises et d’employés français à partir très tôt, sans que les dangers et les risques encourus en étant à Tokyo ne soient clairement identifiés. Tenter de réfuter à demi-mots et à posteriori cette réalité me parait extrêmement choquant.

Comment tes collègues ont il réagi à ton retour ? Y a-t-il eu des tensions dans ton équipe ou penses-tu qu’ils soient en mesure de comprendre ta position ?

J’appréhendais mon retour au travail après mes vacances en France, mais tout s’est bien passé. Mes collègues étaient apparemment soucieux du fait que je puisse ne pas revenir. Le fait que je respecte mes engagements leur a probablement fait oublier tout ressentiment potentiel. Je me suis tout de même attaché dans les premiers jours à faire mon travail le plus normalement et discrètement possible pour m’assurer de regagner leur confiance.

Finalement, la situation n’est pas meilleure aujourd’hui, après ton retour, qu’avant ton départ. As-tu hésité à revenir au Japon à un moment ?

La situation n’est certes pas vraiment meilleure, mais elle n’est pas pire et surtout, elle est quand même plus claire.

Il est évident que la situation à la centrale de Fukushima reste préoccupante et que cela prendra probablement des mois pour totalement reprendre le contrôle des réacteurs et des annexes, pour démanteler l’édifice et nettoyer autant que possible la région. Cependant l’impact sur la vie à Tokyo et dans l’Ouest du pays est minimal et je n’avais donc aucune raison de ne pas revenir. Mon travail est ici, et surtout j’ai passé beaucoup de temps en France à m’informer sur le fonctionnement des centrales nucléaires, sur la nature de l’accident de Fukushima, les risque liés à la radioactivité, etc., afin de pouvoir forger ma propre opinion.

Quel est ton état d’esprit à l’heure actuelle, au regard de la situation à Fukushima ? Tes vies pré-séismes et post-séismes sont elles très différentes ?

Mes vies pré-séismes et post-séismes sont extrêmement similaires. Les pénuries d’eau et de denrées alimentaires de base ne sont plus d’actualité. La vie quotidienne est revenue totalement à la normale. La grande différence, ce sont quand même les répliques plus ou moins sévères qui interviennent sur un rythme encore assez régulier, plusieurs fois par semaine, avec tous les risques que ça comporte. Leur fréquence fait que des secousses de l’ordre de 3 ou 4 qui auraient été considérées comme relativement puissantes il y a quelques mois, sont désormais perçues comme des secousses « normales », ce qui n’est pas forcément une bonne chose en soit, question de vigilance. Le retour à la vie normale n’empêche pas le risque sismique de rester présent dans un coin de la tête.

Il faudra évidemment beaucoup de temps avant que la situation à Fukushima soit totalement sous contrôle. Il faut espérer. Espérer qu’il n’y aura pas de nouvelles contaminations ou accidents. Espérer  que les experts et spécialistes soient en mesure de circonscrire l’étendue des zones contaminées et affectées.

Je tiens aussi à ajouter que l’attention en France se focalise presque uniquement sur la situation de la centrale, mais cela ne doit pas faire oublier qu’une telle série d’événements catastrophiques  est d’abord un drame humain. Tout en laissant les experts nucléaires faire de leur mieux pour améliorer la situation de la centrale, il est tout aussi essentiel d’apporter un soutien continu et de venir en aide aux populations déplacées car la reconstruction sera longue et ces pauvres gens sont loin d’être tirés d’affaire. C’est, à l’heure actuelle, dans ce domaine que tout un chacun peut réellement faire un geste pour aider le Japon à se relever au plus vite.

TOSHIMICHI NOZOE

13/04/2011

 

Après le mail, l’interview. Nozoe san persiste et signe, le mois de mars aura été tragique pour le Japon et Fukushima se distingue comme la pire des catastrophes.

 

Peux-tu me décrire l’atmosphère au travail, dans ton bureau ? Qu’est ce qui a changé par rapport à la situation pré-séisme ?

Par rapport à d’habitude, personne n’a vraiment l’air en forme. Le cœur n’est pas à discuter avec les collègues et tout le monde se contente de faire son travail consciencieusement et en silence. Dans notre activité, nous aidons les victimes de catastrophes. C’est pourquoi en ce moment, la tension est particulièrement palpable. Nous consacrons nos journées à envoyer les matériaux nécessaires à la zone sinistrée. Nous sommes bien occupés.

Concrètement quels sont vos horaires de travail ?

Vu que de nombreuses répliques frappent encore la région du Kantô où je vis, nous n’avons aucun temps libre pour le moment. Je suis au bureau de 7h30 du matin à 4h de l’après-midi tous les jours. Nous avons eu à subir des coupures de courant organisées à trois reprises  pour le moment. Quand ça arrive, on fait en sorte de rester à l’intérieur de nos locaux malgré le peu de lumière et on se tient prêt. Sinon on se retrouve tous à l’extérieur et on fait ce qu’on peut pour travailler.

Est-ce qu’on peut dire que l’activité économique s’est ralenti depuis le tremblement de terre ? Quels sont les signes ?

L’activité économique tourne clairement au ralenti. L’industrie du divertissement est tout particulièrement touchée. Personne n’a vraiment le cœur à s’amuser et j’ai pu voir à la télévision que les clients se faisaient rares.

Je pense que l’industrie du tourisme sera touchée de plein fouet et que les ennuis ne font que commencer pour le secteur. Je ne me fais pas de souci pour mon job, mais je pense qu’il faut s’inquiéter pour tous ceux qui travaillent dans le tourisme, pour les Ryôkan et les hôtels qui vont faire faillite.

Selon toi, combien de temps faudra-t-il pour que l’activité économique revienne à la normale ?

En surface, le Japon donnera le change rapidement. Je pense qu’il faudra une à deux années pour que les routes et les infrastructures publiques soient reconstruites. Tout le monde fera un effort et acceptera de réduire son niveau de vie afin de participer au financement de la reconstruction. Inéluctablement, le retour la normale pourra se faire rapidement. Le secteur des travaux publics prospère avec ce genre de catastrophe.

En revanche, le retour à la normale sur un plan humain prendra beaucoup plus de temps. La raison est simple, la zone touchée par la catastrophe est si étendue que le nombre de victimes et de sinistrés est incroyablement élevé. Je pense que les plus vulnérables, y compris bien sûr les personnes âgées, tous ceux qui ont tout perdu, ne se satisferont pas des compensations offertes par l’Etat.

Je pense qu’à un niveau humain, le retour à la normale prendra plus de dix ans.

Pendant ce laps de temps, la situation sera particulièrement difficile et le taux de suicide devrait augmenter.

Vu la situation et l’état de l’activité économique, penses-tu qu’il soit vraiment nécessaire pour toi de te rendre chaque jour au travail ?

C’est absolument nécessaire. Les Japonais sont ainsi faits. Le jour qui suivait le séisme, alors que les transports étaient paralysés, nombreux sont ceux qui se sont rendus au boulot à pied. Certains dormaient même au bureau et très peu sont ceux qui ont décidé de s’absenter.

Il existe un véritable sentiment de responsabilité envers notre travail.

Penses-tu qu’il serait plus sage, si c’était possible, de s’éloigner de Fukushima en quittant Tokyo ? Est que ton entreprise envisage un tel déménagement ?

En ce qui me concerne, je ne pense pas qu’il faille quitter le Kantô. Je pense qu’il est préférable pour tous ceux qui sont libres de leurs mouvements de quitter Tokyo à cause des radiations, mais je crois aussi que les gens pouvant se déplacer tout en continuant à travailler sont rares.

Les entreprises à capitaux étrangers ont rapidement organisé leur départ après le séisme, mais les entreprises japonaises et leurs employés n’ont pas ce luxe. Personne ne s’est permis d’abandonner son poste pour chercher refuge ailleurs.

Est-ce que ta famille ou tes amis se trouvent encore à Tokyo ?

Ma famille est partie se mettre à l’abri durant deux semaines à Shikoku. Personnellement, je suis resté sur place et je suis allé travailler. On a décidé ainsi parce qu’on ne savait pas vraiment ce qui se passait à la centrale.

Au moment où je te parle, tout le monde est revenu.

De nombreux étrangers travaillant dans des entreprises japonaises au Japon ont pris le parti de rentrer. Que penses-tu de cette décision ?

A partir du moment où on a un pays où se réfugier, c’est une décision propre à chacun que je tiens à respecter. Je ne perçois pas ça comme un comportement égoïste. Quand on touche à la vie des personnes, je considère que chacun à le droit de juger la situation comme il l’entend. C’est un cas de force majeur. Les familles étrangères travaillant dans la même entreprise que moi sont pour la plupart rentrées dans leur pays d’origine. De manière un peu hâtive peut être…

Je suis impressionné par la vitesse avec laquelle nombre d’étrangers se sont mis en ordre de marche et ont quitté le Japon.

Si on suit les nouvelles en France, il semblerait que la crise à Fukushima ne cesse de s’aggraver. Quel scénario imagines-tu pour la suite ? Es tu inquiet ?

Aujourd’hui encore, il est difficile d’appréhender clairement la situation à Fukushima. Je pense que le gouvernement japonais a été très lent dans sa communication. Entre le moment où le problème est survenu et le moment où nous avons été mis au courant, trop de temps s’est écoulé !

Le vrai problème avec la centrale de Fukushima est à venir. Je pense à l’agriculture, à la pêche, au tourisme ! Je suis extrêmement inquiet des conséquences futures…

Après le séisme et le Tsunami, j’ai l’impression que le Japon n’a pas été frappé par deux catastrophes mais trois. Et je pense que la centrale est la pire.

Penses tu que le Japon devrait chercher à réduire sa consommation d’énergie nucléaire dans le futur ? Quelle autre source d’énergie pourrait représenter une solution viable ?

Aujourd’hui, la part du nucléaire dans notre consommation d’énergie s’élève à 30%. Après ce qui est en train de se passer, je souhaite qu’on ne l’utilise plus. Il serait préférable que nous réduisions notre consommation d’énergie habituelle pour se stabiliser au niveau actuel, celui du temps de crise.

L’utilisation de centrale thermique me parait plus judicieuse.

Quand je pense aux problèmes qui peuvent naitre des centrales nucléaires, j’ai peur. Ce n’est pas une peur rationnelle, c’est un sentiment profond, inhabituel et angoissant.

Aujourd’hui, les Français regardent le Japon et sont particulièrement inquiets. Le nombre de centrales nucléaires en France est particulièrement important. Il faut penser collectivement à l’avenir du monde…

TOSHIMICHI NOZOE

11/04/2011


Pour ce septième témoignage, j’ai opté pour un mail tiré de ma correspondance privée avec mon ami Nozoe san. Fukushima est sournoise, Fukushima lui fait peur.

Nozoe san vit dans le Kantô.


Cher Frédéric,

Bonsoir, c’est moi, Tom (Nozoe san aime se faire appeler Tom par ses amis étrangers).

Merci pour ton mail. Je suis touché de savoir que tes pensées sont tournées vers le Japon. Je suis aussi très heureux de pouvoir transmettre à toi ainsi qu’au monde entier mes impressions sur la catastrophe qui se déroule actuellement ici. Je veux me rendre utile !

Aujourd’hui, il y a encore eu un tremblement de terre.

Un mois c’est maintenant écoulé depuis le séisme et pourtant il est impossible d’imaginer un retour à la vie normale au Japon, et en particulier dans la région sinistrée du Tôhoku.

Avec les répliques fréquentes, nous vivons au quotidien dans la crainte d’une nouvelle catastrophe.

De plus, ces tremblements de terre ont obligé les techniciens travaillant sur la centrale à quitter le lieu et à stopper les réparations en cours. Rien n’avance comme prévu…

Parmi tous les malheurs qui les accablent, les habitants de la région de Fukushima sont particulièrement effrayés par cette pollution radioactive qu’ils ne peuvent ni voir, ni saisir.

Les produits de la région ont tous été contaminés par cette marée toxique et les légumes ne se vendent plus.

Tous ceux qui vivent prêt de Fukushima, même ceux possédant une maison, ont dû quitter la zone et trouver refuge ailleurs. Bien sûr, les scènes d’habitations s’écroulant sous les vibrations des séismes ainsi que les images de baraques emportées par le tsunami sont effroyables, mais de ce que j’ai vu, le plus éprouvant pour l’esprit des Japonais sont ces témoignages de personnes devant quitter leur maison de toujours à cause des radiations, tout en sachant qu’ils n’y remettront jamais les pieds.

Pourquoi est ce si difficile ? Parce que rien n’es détruit, rien n’a vraiment changé, et pourtant, à cause de cette pollution radioactive, tout est bon à jeter. Ces villes sont bonnes à jeter!

J’ai tellement peur de cette radioactivité rampante que je ne vois pas…

S’il y a quoique ce soit, n’hésite pas à me contacter.

Je suis heureux qu’on soit ami.

See you

Tom

Toshimichi Nozoe



TAKAYUKI HAMADA

31 Mars 2011

 

On s’efforce de continuer à vivre à Tokyo. Arrêter le travail serait donner à la crise le rang de catastrophe. Pour Takayuki, ça n’arrivera pas!

 

Peux-tu me décrire l’atmosphère au travail, dans ton bureau ? Qu’est ce qui a changé par rapport à la situation pré-séisme ?

Je dirais qu’on est déjà presque revenu à la situation pré-séisme. Il est vrai, en revanche, que notre rythme de travail est toujours conditionné par les coupures de courant planifiées. Les gens doivent faire avec.

Concrètement quels sont vos horaires de travail ? Vos journées sont elles raccourcies ?

Nous avons repris des horaires normaux. J’arrive au boulot à 8h50 et je le quitte à 19h, soit une journée on ne peut plus normale.

Est-ce qu’on peut dire que l’activité économique s’est ralenti depuis le tremblement de terre ? Quels sont les signes ?

Des quartiers en général animés tels qu’Harajuku ou Omote Sando ne sont plus éclairés le soir. De nombreux magasins ferment de bonne heure. Si on compare à l’avant tremblement de terre, on a juste l’impression qu’il n’y a plus de vie dans les rues.

Selon toi, combien de temps faudra-t-il pour que l’activité économique revienne à la normale ?

Tant qu’on n’aura pas résolu les problèmes d’électricité, il sera impossible de revenir à la normale. Je pense qu’il faudra au minimum deux ans au Japon pour revenir au niveau précédent le séisme.

Vu la situation et l’état de l’activité économique, penses-tu qu’il soit vraiment nécessaire pour toi de te rendre chaque jour au travail ?

Oui, c’est absolument nécessaire, en particulier dans la région de Tokyo, où nous ne subissons que très peu les conséquences du tremblement de terre et où tout est presque rentré dans l’ordre.

Penses-tu qu’il serait plus sage, si c’était possible, de s’éloigner de Fukushima en quittant Tokyo ? Est que ton entreprise envisage un tel déménagement ?

Je pense qu’au regard de la situation actuelle, ça ne sert à rien de penser comme ça. Peut être qu’en été, avec les risques de coupures de courant, il sera temps de penser à déménager. Sans climatisation, il est très difficile de travailler dans la chaleur estivale, mais vu les températures à l’heure actuelle, il n’y a pas de problème.

Est-ce que ta famille ou tes amis se trouvent encore à Tokyo ?

Parmi tous mes amis qui résident dans la région du Kanto, je n’ai pas entendu une seule personne me dire qu’elle était partie ailleurs.

De nombreux étrangers travaillant dans des entreprises japonaises au Japon ont pris le parti de rentrer. Que penses-tu de cette décision ?

J’ai entendu parler de ce problème, mais je ne connais personne directement dans cette situation. Je me dis qu’il a été difficile pour les étrangers d’avoir accès à l’information et le peu qu’ils ont eu a mis en avant le caractère sensationnel de la crise. Je parle par exemple des images d’explosions dans les centrales. Dans ces circonstances, je ne vois pas ce qu’ils auraient pu faire d’autre que rentrer chez eux. Je pense que si l’inverse c’était produit, que j’avais été en France au moment de l’explosion d’une centrale nucléaire, je serais rapidement rentré au Japon.

Si on suit les nouvelles en France, il semblerait que la crise à Fukushima ne cesse de s’aggraver. Quel scénario imagines-tu pour la suite ? Es tu inquiet ?

Bien sûr que je me fais du souci, mais à mon échelle, je ne peux rien faire ! Je pense que les experts ont raison quand ils disent que plus personnes ne pourra s’approcher de la centrale à l’avenir dans un périmètre relativement large.

Penses tu que le Japon devrait chercher à réduire sa consommation d’énergie nucléaire dans le futur ? Quelle autre source d’énergie pourrait représenter une solution viable ?

Le Japon ne peut pas se passer de l’énergie nucléaire. Les sources d’énergie naturelle ne peuvent pas répondre à la demande du peuple japonais !

%d blogueurs aiment cette page :