Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘japon’

CATRIONA STATHAM/ALL HANDS

12/2011

 

 Le 11 mars 2011, la terre tremble non loin de la région du Tohoku, dans le nord-est du Japon.

Le bilan humain est affolant. Ôfunato, préfecture d’Iwate déplore 339 morts, 112 disparus, soit 1,1% de la population totale de cette petite ville portuaire. Non loin de là, Rikuzentakata pleure ses 1553 morts et 395 disparus, l’équivalent de 9,2% de la population locale (chiffres datant d’octobre 2011 et fournit par l’organisation indépendante Earthquake Report – http://earthquake-report.com/2011/10/02/japan-tohoku-earthquake-and-tsunami-catdat-41-report-october-2-2011).

Les images de vagues déferlantes balayant des villes entières font le tour de la planète. Difficile d’imaginer comment réagir. Mais malgré l’étendu des pertes humaines et matérielles, malgré Fukushima qui menace non loin, les Japonais ne sont pas du genre à se lamenter sur leur sort. Faire le deuil et reconstruire, reconstruire pour faire le deuil, voilà la solution qui s’impose à eux.

 L’organisation All Hands Volunteers (http://hands.org) ne tergiverse pas et se rend sur place. En mai 2011, elle désigne les villes de Ôfunato et Rikuzentakata comme sa zone d’action. All Hands est là pour aider. Tout ce qui pourra alléger le fardeau des survivants est bon à prendre. Catriona est séduite par le projet. Le Japon lui a donné beaucoup en lui offrant un poste d’assistante d’anglais JET dans une école de la préfecture d’Ibaraki durant deux ans, il est maintenant tant de lui rendre la pareille.

Quelques mois après son retour, Catriona témoigne de la situation sur place, de ce qu’elle a vu, de ce qui a été fait et de ce qui reste à faire dans une des zones les plus touchées de l’archipel.

 

Photo: Catriona Statham

Frederic : I heard that you recently went to Japan to help with the effects of the earthquake and the tsunami that followed.. Were you working for an NGO there?

Catriona : It is a Volunteer Organisation called All Hands. I think that the first project they ever did was in Thailand. Then, they worked in Indonesia and they had quite a few projects in the US after Hurricane Katrina. And they finally set up a project in Japan at the beginning of May. They came quite quickly after the Tsunami.

Before I came here to volunteer I heard that a lot of places were not accepting foreigners onto their programs. They were not even accepting Japanese people from outside the prefecture.

I wanted to ask you about the way Japanese authorities may have perceived you. I am sure they were happy to get help, but we also know that sometimes they can be very proud and won’t accept much from the outside.

We were very lucky because the town where we were based, Ôfunato (大船渡) in Iwate, has a Mayor with a very international outlook. I think he had lived in the UK and Hong Kong in the past.   As a result, he was very welcoming. He knew that many places were not accepting help from outside but he said “it’s ridiculous, because of course, we need help, wherever it comes from.” He was really willing for All Hands to come and help. That is

how it started.

Is Ôfunato close to the epicenter of the catastrophe? Is it a seaside city?

Yes it is a port town.

Credit: googlemap

So I guess the place suffered lots of casualties?

Yes. I cannot give you the exact number, because everybody gave me a different one, but it is at least 300, 400, or maybe more.

The town next door, which is located a 15 minutes drive away was totally destroyed and thousands of people lost their lives. The name of the town is Rikuzentakata.

Did you have the chance to go there, or did you stay exclusively in Ôfunato?

We also did a lot of work in Rikuzentakata.

Tell me a bit more about All Hands? Where you only located in Ôfunato? How many foreigners work with the association in Japan?

All Hands was based in Ôfunato but also worked in other towns in the local area such as Rikuzentakata and also Yamada, slightly further up the coast. There were many other organizations located in other towns in the area. In Ishinomaki, there was a group called Peace Boat, which I think is actually a Japanese organization, but they had many foreigners working with them also.

In Ôfunato, half of the town had been destroyed and half of it was still ok – the old town survived, the part further away from the sea. The newest part of the town which was built along the docks was almost completely destroyed.

How many volunteers were participating in All Hands activities?

During the time that I was there the number of volunteers fluctuated a great deal, especially at the weekend. We had some permanent Japanese volunteers, but it is really hard for them to take time off work so they would often come at the weekend. The organization had a day-off on Tuesday so that it would not stop its activities during the weekend and that way more Japanese volunteers could join us.

At the weekend, we would have up to 90 or 100 people. During the week, that would go back down to 60 or 70 maybe.

Only foreigners were able to stay during the week days?

No, not at all, some Japanese people were there too, but I would say that the majority were foreigners though. During the weekend, it was more 50-50.

Have you ever heard of Habitat for Humanity? They would send groups up from Tokyo of 30 or 40 people at a time. They would come and help us out on the weekend. There was also a company called 3M which makes safety equipment. They sent up groups sometimes too.

What was your main mission in Ôfunato?

Our aim was to help people start the rebuilding process. Before you can rebuild there is a lot of preparation work that must be done and we focused on that first step of getting properties and businesses to a state from which they can be rebuilt. All Hands accept anybody to volunteer. It is first come first served. So compared to other organizations which may ask for specific skills, they were open to anybody who wanted to help. So what we did was to go to houses and remove mud. We would take out the mud under the floor boards. We would also remove rotten walls in people houses and businesses. Alongside the road there are gutters which had been filled with mud. So any time it rained, the road would flood. We removed all the dirt from inside the canals so that the draining could work properly.

Basically, it was whatever people would ask us to do. And because we were doing a good job, people started to trust us.

Photo: Catriona Statham

How did it work exactly? People from Ôfunato looking for help would just come and knock at your door?

They could do that and we would go if we felt like it was something that we could do. Sometimes, when it got too technical, we just did not have the expertise.

Did some houses have to be destroyed so that a house could be rebuilt?

Some of them were not safe, so yes. A lot of houses had to be destroyed. I worked on a sushi restaurant. It was really sad, because on the street, the building was the only one deemed safe. So even though we were helping someone to rebuild his shop, all the other buildings on either side had to be knocked down. In the end, it was just his shop on this street. He thought it is going to take him at least 3 years to reopen, but the question is, does he really want to? Because if there is nothing else in this area, if nobody else rebuilds, what is the point?

The other problem is that in some areas the coastline has actually sank by up to a meter so when the tide comes in it floods. So the question is: are they going to rebuild the area up or are they not going to rebuild at all…

What as the state of mind of the inhabitants of Ôfunato at the time? What did they think about the situation? Are they positive about the future?

It is a mixture. I think they are worried about the winter. There are still an awful lot of people living in temporary housing. Those people just moved out of evacuation centers one month ago. The only space left for the temporary housing was school playgrounds. Any public places that used to be used by people to have fun have been taken over by temporary housing. And each area is so small, it must be quite upsetting staying there. I had dinner with some people living there, and on the surface, they all tried to be very positive. But I know it is a very Japanese thing to do and that underneath the surface, they may not be all that positive. With the winter coming, it is going to be pretty hard. The winter is particularly cold in this area.

I like to think that many people were very much motivated and energized by us being there.

Can you often hear Japanese people talking about the radiation or do they keep it to themselves?

They don’t talk about it all the time. People are trying to forget about it as much as possible, but I am sure it is always on their minds. It is an important issue for them. I think they talk about it with us, because coming from outside Japan, they want to see our perception of it and hear about the foreign press.

I think that the foreign press and especially the Americans have overplayed the radiation issue a great deal. But on the contrary, the Japanese underplayed it. The truth probably lies somewhere in between the two.

The newspapers report the level of radiation every day in different areas, and I think people are aware now of what those levels mean, but who knows what is safe in reality.

Photo: Catriona Statham

You said that life is going slowly back to normal. What about institutional life? Did the kids go back to school for example?

Yes. They are having classes and even Bukatsu (club activities). I think they just try to carry on as normal as possible. But as I said, a lot of temporary housing is located on schools playgrounds. So it is complicated. Some students have to travel to different schools so that they can use the baseball ground for example.

For how long are people supposed to stay in the temporary housing?

I heard that they are only livable in for two years. They are not design to be lived in for any longer than that. Only time will tell I suppose if people have been able to move out before then. Because when you think about it, you may say that two years sounds like a long time, but six months have already passed, and people have only just been allowed to enter those temporary houses.

If they are meant to rebuild their family home or a new place to live, it is going to take a long time and and a lot of money that many people do not have. These people were not necessarily insured against a Tsunami, because it came so much further inland than anyone thought possible.

They had a Tsunami with the Chile earthquake in the 90’s, but the markers which show the water levels from that Tsunami were so low in comparison to this most recent tsunami. They were not expecting it.

How is the state of mind of people in temporary housings? Are they just thankful to at least have a roof or are they angry at the government for not moving faster?

I think they are grateful for what they have. But the government is gradually doing less and less. Where they used to give out food, they are cutting back on that. So it is necessary that other volunteer organizations develop a program there. They have to step in to fill that void.

Their businesses and livelihoods have been destroyed, so how are they going to survive? Houses are gone. How are they supposed to rebuild when they have literally nothing?

Photo: Catriona Statham

With catastrophes such as this one, the question of who is going to pay always pops up? Usually, insurance companies do not bear the cost. Is the Government going to do something for the people to have their houses built back?

Fred – this doesn’t answer the question you asked. Not sure if you changed the question afterwards??

All Hands was only supposed to stay until the end of July. I was only supposed to be there for two weeks, but then they pushed it back to the end of September. The project was due to end on the 11th of July, but by the time I got there, they decided to stay for longer.

Does the organization get any money from the Japanese government? If not, where do the funds come from?

No, they don’t get anything from the Japanese government. They did a lot of fundraising in Tokyo. They also receive a lot of support from donors world-wide.

Can you tell me a bit more about the photo restoration activity?

Basically, before I went out there, I saw on the All Hands website the story of a volunteer whose career had been to retouch photos. She does that in New York. She went to Japan just as a volunteer but then she walked into someone’s house and saw some damaged pictures and said that she could restore the photos easily using Photoshop. From this, the idea was born. She got her colleagues involved and professionals she knew in New York.

So she basically gathered photos that had been damaged and scanned them, and uploaded them on a cloud server and sent the link to everyone. People would download them from wherever they are and fix them with Photoshop and re-upload them. We would download them in Japan again and if it was good quality, we would print them out and give them back to the people they belonged to.

How did people react?

It was quite emotional. I found it quite difficult at times.

Sometimes, you just want to help people directly, but you end up sending e-mails the whole day. It’s part of the job, but when you don’t see the immediate impact it sometimes gets frustrating. So when you have the chance to hand back a photo that has been fixed, the feeling is amazing.

People can’t say they have their pictures on a hard drive, on a computer or on a DVD. They just lost everything. It’s a hard concept to imagine. And what people go back to find first, is their photos. Working in houses, we would find photos and we would ask owners it they were theirs. Often, they would answer “I don’t know who those people are”, because the photos were washed in from somewhere else.

So we would find boxes with many photos and it was very sad because we knew somewhere, someone was desperately looking for them. So as well as the retouching, we also got involved in washing the photos, especially in the town next door, in Rikuzentakata. By the time I left, they had probably hand washed about 70 000 photos.

You were trained for that?

There was a lady in Ôfunato who was kind enough to teach us, because she had studied document restoration in London.

In order to allow people to find their photos, we would put them in an album after they had been cleaned, and then send them to a place where people could come and have a look during the weekend. It is pretty scary to think that people had to look through 70 000 photos to find their own. And it is sad to think that you are waiting for people to come and look for their photos, but they may actually not be alive. Sometimes, people come and they don’t find their own, but they find pictures of friends or people that they recognized.

Can you tell me if the Japanese Media are still interested in the situation around the Tsunami area?

Yes they are. Especially because it was the 6 months anniversary recently.

The international press is also quite heavily present here. We were featured on NPR (National Public Radio) in the States. I was also interviewed for Chinese State television. The Media were especially interested in the photo project. In other towns like Yamada, they would organize a Photo Café where they would take the cleaned photos around to temporary housing, and there was often a media presence there.

Is the press welcome?

I think the journalists are welcome, but there is always a risk of the coverage being overdone. People just want to get on with their lives, so it is hard when they are always asked the same questions time and time again.

One last question. After the Kobe Earthquake, the first ones to help the local population with hot food and blankets were the Yakuzas. It is a well known fact, which put the government in a bad light, as opposed to the Yakuzas. Have you heard about something similar in the tsunami area?

No, to be honest, I haven’t. I guess that maybe after Kobe, the government made sure that if it happened again, they would act quicker.

What about power distribution in the area? Do you still experience regular cuts?

Yes, but it is not usually noticeable.

Read Full Post »

FLORENT CHAVOUET

10/06/2011

  « Je suis un éternel touriste au Japon ». Il y a fort à parier que les habitants de l’ile de Manabé, dans la préfecture d’Okayama, ne partage pas vraiment ce regard porté par Florent sur lui-même et son travail. Pas après ce qu’il a accompli, pas après avoir su saisir l’essence de cette petite communauté dans un livre à l’humour doux et aux dessins chaleureux.

Florent ne parle peut être pas le japonais (ou pas bien), mais il est pourtant l’auteur de deux livres de dessins sur le Japon – Tokyo Sanpo en 2006 et Manabé Shima en 2010 – qui en disent long sur l’amour qu’il porte à ce pays. Outre la qualité de ces témoignages au crayon de couleur, l’intérêt des deux ouvrages reposent sur la fraicheur non feinte avec laquelle Florent traite ses sujets. Le moteur de cette narration en images, c’est la découverte, la découverte par un jeune Français de la mégalopole japonaise et de son parfait opposé, une ile quasi-déserte de la mer intérieure. Florent nous en dit un peu plus sur le pourquoi du comment.

 

Le projet Tokyo Sanpo est né de ton premier voyage au Japon ?

Non. Tout le monde croit ça, mais, même si je ne le dis pas dans la préface, j’étais déjà allé au Japon avant d’aller à Tokyo pour faire Tokyo Sanpo. C’était alors mon troisième voyage. En revanche, c’était bien la première fois que j’y vivais, que j’y habitais. Ca a été le plus long séjour que j’ai pu faire dans le pays (six mois).

Tes premiers séjours étaient plutôt des voyages de courte durée ?

La première fois, j’étais allé deux semaines à Kobe et Osaka pour rendre visite à des amis. La deuxième fois, c’était avec un copain français. On a fait une sorte de traversée du Japon à vélo. On est parti de Narita pour se rendre à Osaka et entre les deux, on a zigzagué. On est allé du côté de la mer du Japon. On est même allé à Shikoku. Le voyage a durée un peu moins de deux mois. C’était en 2004, on avait gagné une bourse avec la Mairie de Paris : Paris Jeunes Aventures. Ils nous ont financé les deux tiers du projet.

Dans ton projet de l’époque, il y avait déjà l’idée de partir dessiner le Japon ?

Le projet qu’on a proposé à Paris Jeunes Aventures, c’était de refaire la route du Tokaido version moderne. On voulait refaire les 53 stations d’Hiroshige (http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Cinquante-trois_Stations_du_T%C5%8Dkaid%C5%8D). Le pitch, c’était de les parcourir à vélo et de faire un dessin pour chacune des 53 étapes. En fait, les plans ont un peu dévié une fois sur place. On aurait fait cette route en deux ou trois semaines et nous, ce qu’on voulait, c’était simplement découvrir un pays, être à vélo au Japon et voir un maximum de paysages différents. On est allé dans les montagnes du côté de Nagano, du côté Pacifique, du côté Mer du Japon, à Shikoku…

C’est ce voyage qui t’a donné l’idée de dessiner ton expérience japonaise ? Tu avais une idée professionnelle en tête en partant vivre à Tokyo ?

Non, pas du tout. Je savais juste que j’allais avoir un peu de temps. Quand j’ai débarqué à Tokyo pour six mois, j’étais avec ma copine. Elle avait un boulot. Pour elle, tout était carré. De mon côté, j’avais espoir de trouver un petit job, pour pouvoir l’aider financièrement.

Tu es parti avec le visa Vacances-Travail ?

Oui. Mais une fois sur place, je n’ai pas trouvé de boulot. J’ai fait tous les cafés français, mais je n’avais pas le niveau de japonais requis pour servir. Donc finalement, je me suis dit que j’allais mettre tout ce temps libre à contribution et je me suis fixé comme objectif de réaliser un dessin par jour à Tokyo. Je m’étais fixé des horaires de bureau en quelque sorte. Avec un dessin par jour au minimum, j’en ai rapidement accumulés. Il m’arrivait même de faire deux pages par jour. Du coup, petit à petit, ça a commencé à ressembler à quelque chose. Pas encore un livre pour autant ! Progressivement, je me suis imposé des sujets. Je me disais « tu as dessiné trop d’immeubles, maintenant tu vas t’intéresser aux gens ou tu vas faire des objets…. ». Je commençais à essayer de structurer la chose, même si ça partait encore un peu dans tous les sens. Mais à l’époque, je n’avais aucun contact dans l’édition, je n’avais aucun projet concret.

Au bout de six mois, tu n’étais pas à cours de sujets ? Ca venait encore assez naturellement ?

Si j’étais resté un an, j’en aurais fait le double tout simplement ! Moi, je découvrais la ville, je découvrais Tokyo. Quand je suis là-bas, je suis toujours à m’extasier de tout. Mes sujets, je n’ai pas particulièrement besoin de les chercher.

Le cheminement de Tokyo Sanpo est facile à saisir : tu arrives au Japon, dans la capitale du pays et tu t’émerveilles de tout ce qui t’entoure. Ton inspiration vient de la surprise. Mais pour Manabé Shima, le concept semble différent. Tu sais ce que tu veux avant de partir. Comment as-tu fait pour choisir cet endroit ? C’est très particulier. J’ai habité deux ans au Japon sans jamais en entendre parler…

Ne t’inquiète pas, la majorité des Japonais aussi. Même les habitants de la préfecture d’Okayama où se trouvent l’île ne connaissent pas tous. En fait, j’ai voulu prendre l’exact contre-pied de ce que j’avais fait avec Tokyo Sanpo. Pas dans le dessin, mais dans le thème.

Quand Tokyo Sanpo est sorti et que j’ai commencé à faire des dédicaces, des salons, à rencontrer le public en France, on me posait beaucoup de questions sur le Japon en général et sur Tokyo en particulier. Mais pour moi, Tokyo n’a jamais été ce que j’ai préféré du pays. Je suis très content d’y avoir habité, de l’avoir vu, mais si je devais choisir un endroit où rester au Japon, je ne choisirais pas la capitale. Donc ça m’embêtait un peu de disserter sur cette ville, de raconter Shibuya, Shinjuku, alors qu’en fait, ce n’est pas l’aspect du Japon que je préfère. Je préfère l’aspect plus provincial. Ca vient probablement de mon voyage à vélo. La campagne, les petits villages, les agglomérations de taille moyenne. J’aime apercevoir les montagnes depuis les centres-villes, j’aime quand les ports ressemblent effectivement à des ports. C’est ce que je reproche à Tokyo, il est difficile de voir que c’est un port ! Et puis c’est difficile d’en sortir. Alors que depuis Osaka, qui n’est pourtant pas la plus petite des villes, on est à moins d’une heure de Kyoto, qui a déjà une atmosphère totalement différente.

C’est ce que j’aime dans toute ville et c’est pareil à Paris. Ce que j’aime, c’est de savoir s’il est possible d’en sortir ! Je ne pense pas que ce soit le cas à Tokyo. C’est pour ça que je préfère la campagne. Et quitte à faire un bouquin sur la campagne japonaise, autant y aller à fond. J’avais déjà fait un livre sur la ville et pas la moindre avec Tokyo. Je me suis dit que j’allais traiter de son exact opposé. Face à un espace urbain, vaste, sans début et sans fin, je ne voyais qu’une ile, un milieu petit, clos, avec des frontières bien délimitées.

Pourquoi Manabé ? Tu as googlé « ile déserte japonaise » et c’est sorti ?

Je savais que je voulais aller sur une ile, mais je ne savais pas laquelle et au Japon, il y a plutôt le choix. J’avais des considérations d’ordre technique. Je cherchais quelque chose qui ne soit pas non plus complètement inaccessible pour une question de budget. Le sud du sud d’Okinawa, ce n’était pas faisable ! Du coup, je me suis vite rabattu sur des iles assez proches des côtes.

Pour ce faire, j’ai tout simplement pris une carte du Japon et j’ai repéré les zones à forte concentration d’iles, soit le sud de Kyushu ou alors la mer intérieur. Je me suis rabattu sur la mer intérieure pour des questions d’accessibilité, là encore. Face à la centaine d’iles qui s’offraient à moi, j’ai fonctionné par élimination basée sur certains critères : critères de taille, de densité… Je savais qu’il fallait moins de mille habitants. Au niveau de la taille, je pensais à environ 5 km de long. Et je ne voulais pas une ile connue. Je ne voulais pas atterrir à Miyajima par exemple. Je voulais une ile anonyme. Ce qui ne veut pas dire pour autant trois cabanons qui se courent après, mais plutôt une ile « normale » avec des pêcheurs, une buvette…

Tu as mis combien de temps pour trancher ?

Un peu moins d’un mois. Le problème, c’est que j’ai commencé à chercher en même temps que j’en parlais à mon éditeur. Je ne pouvais pas encore y retourner par mes propres moyens et puis honnêtement, je ne savais pas si mon scénario, mon idée de base tenaient la route. Elle tenait en tout cas sur un bout de papier. Ca peut être un peu flippant ! Jusqu’au dernier moment, quand j’ai pris le bateau pour Manabé Shima, je n’étais sûr de rien. Je me disais « qu’est ce que je vais trouver là-bas ? ».

Dans un espace aussi inexploré, un peu clos, tu n’as pas eu de problème avec les habitants qui auraient pu se montrer méfiant ?

J’avais un peu peur de ça. J’avais pensé en amont et je m’étais dit que dans le pire des cas, si je n’étais pas bien intégré, si j’étais un peu seul, ça aurait quand même pu faire un sujet. L’idée était la suivante : un jeune Français qui part deux mois sur une ile japonaise complètement paumée et advienne que pourra. Le manque de communication et de liens aurait pu être mon sujet. Ca aurait été dommage, mais ça n’aurait pas été dramatique, seulement révélateur d’une difficulté à s’intégrer dans les campagnes.

Au final, tu as été assez vite intégré ? Tu parlais peut-être mieux le japonais après tes six mois passés à Tokyo ?

Je parlais très moyennement. Je suis très mauvais en langue, mais ce n’est pas une excuse… J’ai fait peu d’efforts à Tokyo et le peu que j’ai appris, je l’ai rapidement oublié. Et puis entre Tokyo en 2006 et Manabé Shima à l’été 2009, il s’est quand même passé trois ans.

Tu n’as pas vécu ça comme un frein à ton projet ? Comment tu faisais pour communiquer avec les habitants de l’ile ? Vous vous compreniez autour d’une bière ?

Oui, c’est à peu près ça. Ils avaient un fort accent. Pas tous, mais dans ce coin là, ils sont de la campagne et en plus, ceux qui viennent te parler sont bien bourrus et déjà à moitié bourrés. Donc même avec un japonais un peu plus performant, je ne suis pas sûr que j’aurais plus compris certaines situations.

Tu as gardé des relations fortes avec les habitants de l’ile ? Tu leur as envoyé ton livre ?

Oui, en plusieurs fois. Ils en ont reçu une quinzaine au départ de mon éditeur. Ensuite, ils en voulaient 80 et là, ils m’en ont demandé 100. J’y suis retourné en plus entre temps. Deux fois. L’été dernier et aussi à la fin de l’hiver en février-mars 2011 pour les voir. Ils m’ont fait une petite fête d’Okaeri (de retour). J’ai pris des nouvelles, je suis retourné à l’hôtel…

Comment ont-ils accueilli le livre ?

Ils étaient très fiers ! Après, ils ne comprennent pas le français, donc ils ne se basent que sur les dessins. J’ai vaguement essayé de leur expliquer. Mais l’important, c’est qu’ils se reconnaissent, qu’ils reconnaissent l’époque durant laquelle j’étais sur l’ile…

Ils sont fiers. Ils ont quand même conscience  que leur petite ile, j’essaie de la valoriser ! L’exode rural a un gros impact au Japon. Certaines iles s’en sortent mieux, elles ne sont pas toutes en train de se vider, mais sur Manabé Shima, il n’y a pas grand-chose à vendre. Il y a l’hôtel avec des touristes qui viennent le weekend et l’été, mais comme c’est tout petit et que le touriste japonais, il lui faut des choses à voir, à boire et à manger… Et comme le touriste étranger n’y va parce qu’il ne connait pas…

Tu sais si ton livre leur a amené un ou deux touristes français ? Des gens qui seraient arrivés le bouquin en main ?

Je sais que quelques Français y sont allés, mais ce sont quelques amis que je connais, donc ça ne compte pas ! En revanche, j’ai fait découvrir l’ile à des Japonais. C’est pour ça que j’aimerais bien que le bouquin soit traduit dans leur langue. Pour le moment, je n’ai pas de piste. Plus que le premier, je préfèrerais voir le deuxième traduit. Sans prétention, je pense pouvoir faire découvrir quelques trucs sur leur pays à des Japonais. Les gens de Tokyo ou Osaka, je ne suis pas sûr qu’ils connaissent vraiment ce Japon là. Je veux leur montrer qu’il y a de petites iles, que ça vaut le coût de s’y intéresser et que les gens sur place ne sont pas des ploucs. Je veux leur montrer que si un étranger peut se rendre dans ces coins là, c’est que finalement, ce n’est pas si nul que ça.

Tu as un troisième projet sur le Japon en cours ?

Non, mais j’y réfléchis beaucoup. Le problème, c’est que depuis la sortie du deuxième, j’ai fait pas mal de dessins de commande… Pour l’édition, j’ai illustré un bouquin pour enfants qui va sortir à l’automne prochain, mais qui n’a rien à voir avec le Japon.

Tes livres reposent sur le décalage du Français au Japon qui est en pleine découverte. Mais tu as encore des choses à découvrir ?

Je suis un éternel touriste au Japon ! Déjà, du fait que je ne parle pas la langue, beaucoup d’aspects me restent difficilement accessibles.

Tu penses que tes livres auraient perdu en qualité si tu avais pu parler le japonais ?

Je ne dirais pas ça. Ca aurait été différent. Ce n’est peut-être pas bien mais je sais que c’est aussi utile de jouer le naïf parfois. On s’est rendu compte de ça avec mon ami avec qui je suis parti à vélo. Quand on allait dans les bouibouis, on était rodé. On faisait semblant de n’avoir jamais goûté du saké pour qu’ils nous en offrent. Les Japonais sont toujours heureux de faire découvrir leurs spécialités. Ils sont touchants pour ça ! Mais il ne faut pas en abuser au risque de revivre les mêmes scènes encore et encore… Gare au surplace !

Pour le coup, il y a une certaine logique dans mes deux premiers ouvrages autour de cette dualité Japon des villes-Japon des champs. Pour un troisième, il faudrait vraiment que je trouve un angle différent pour que ce soit pertinent. Je peux en faire un sur Kyoto, sur Hokkaido, sur Okinawa, sur les montagnes… Mais je ne suis pas sûr d’avoir envie de ça. A un moment, il faut savoir changer, même si je ne suis pas sûr d’en être capable.

Read Full Post »

TOSHIMICHI NOZOE

11/04/2011


Pour ce septième témoignage, j’ai opté pour un mail tiré de ma correspondance privée avec mon ami Nozoe san. Fukushima est sournoise, Fukushima lui fait peur.

Nozoe san vit dans le Kantô.


Cher Frédéric,

Bonsoir, c’est moi, Tom (Nozoe san aime se faire appeler Tom par ses amis étrangers).

Merci pour ton mail. Je suis touché de savoir que tes pensées sont tournées vers le Japon. Je suis aussi très heureux de pouvoir transmettre à toi ainsi qu’au monde entier mes impressions sur la catastrophe qui se déroule actuellement ici. Je veux me rendre utile !

Aujourd’hui, il y a encore eu un tremblement de terre.

Un mois c’est maintenant écoulé depuis le séisme et pourtant il est impossible d’imaginer un retour à la vie normale au Japon, et en particulier dans la région sinistrée du Tôhoku.

Avec les répliques fréquentes, nous vivons au quotidien dans la crainte d’une nouvelle catastrophe.

De plus, ces tremblements de terre ont obligé les techniciens travaillant sur la centrale à quitter le lieu et à stopper les réparations en cours. Rien n’avance comme prévu…

Parmi tous les malheurs qui les accablent, les habitants de la région de Fukushima sont particulièrement effrayés par cette pollution radioactive qu’ils ne peuvent ni voir, ni saisir.

Les produits de la région ont tous été contaminés par cette marée toxique et les légumes ne se vendent plus.

Tous ceux qui vivent prêt de Fukushima, même ceux possédant une maison, ont dû quitter la zone et trouver refuge ailleurs. Bien sûr, les scènes d’habitations s’écroulant sous les vibrations des séismes ainsi que les images de baraques emportées par le tsunami sont effroyables, mais de ce que j’ai vu, le plus éprouvant pour l’esprit des Japonais sont ces témoignages de personnes devant quitter leur maison de toujours à cause des radiations, tout en sachant qu’ils n’y remettront jamais les pieds.

Pourquoi est ce si difficile ? Parce que rien n’es détruit, rien n’a vraiment changé, et pourtant, à cause de cette pollution radioactive, tout est bon à jeter. Ces villes sont bonnes à jeter!

J’ai tellement peur de cette radioactivité rampante que je ne vois pas…

S’il y a quoique ce soit, n’hésite pas à me contacter.

Je suis heureux qu’on soit ami.

See you

Tom

Toshimichi Nozoe



Read Full Post »

TAKAYUKI HAMADA

31 Mars 2011

 

On s’efforce de continuer à vivre à Tokyo. Arrêter le travail serait donner à la crise le rang de catastrophe. Pour Takayuki, ça n’arrivera pas!

 

Peux-tu me décrire l’atmosphère au travail, dans ton bureau ? Qu’est ce qui a changé par rapport à la situation pré-séisme ?

Je dirais qu’on est déjà presque revenu à la situation pré-séisme. Il est vrai, en revanche, que notre rythme de travail est toujours conditionné par les coupures de courant planifiées. Les gens doivent faire avec.

Concrètement quels sont vos horaires de travail ? Vos journées sont elles raccourcies ?

Nous avons repris des horaires normaux. J’arrive au boulot à 8h50 et je le quitte à 19h, soit une journée on ne peut plus normale.

Est-ce qu’on peut dire que l’activité économique s’est ralenti depuis le tremblement de terre ? Quels sont les signes ?

Des quartiers en général animés tels qu’Harajuku ou Omote Sando ne sont plus éclairés le soir. De nombreux magasins ferment de bonne heure. Si on compare à l’avant tremblement de terre, on a juste l’impression qu’il n’y a plus de vie dans les rues.

Selon toi, combien de temps faudra-t-il pour que l’activité économique revienne à la normale ?

Tant qu’on n’aura pas résolu les problèmes d’électricité, il sera impossible de revenir à la normale. Je pense qu’il faudra au minimum deux ans au Japon pour revenir au niveau précédent le séisme.

Vu la situation et l’état de l’activité économique, penses-tu qu’il soit vraiment nécessaire pour toi de te rendre chaque jour au travail ?

Oui, c’est absolument nécessaire, en particulier dans la région de Tokyo, où nous ne subissons que très peu les conséquences du tremblement de terre et où tout est presque rentré dans l’ordre.

Penses-tu qu’il serait plus sage, si c’était possible, de s’éloigner de Fukushima en quittant Tokyo ? Est que ton entreprise envisage un tel déménagement ?

Je pense qu’au regard de la situation actuelle, ça ne sert à rien de penser comme ça. Peut être qu’en été, avec les risques de coupures de courant, il sera temps de penser à déménager. Sans climatisation, il est très difficile de travailler dans la chaleur estivale, mais vu les températures à l’heure actuelle, il n’y a pas de problème.

Est-ce que ta famille ou tes amis se trouvent encore à Tokyo ?

Parmi tous mes amis qui résident dans la région du Kanto, je n’ai pas entendu une seule personne me dire qu’elle était partie ailleurs.

De nombreux étrangers travaillant dans des entreprises japonaises au Japon ont pris le parti de rentrer. Que penses-tu de cette décision ?

J’ai entendu parler de ce problème, mais je ne connais personne directement dans cette situation. Je me dis qu’il a été difficile pour les étrangers d’avoir accès à l’information et le peu qu’ils ont eu a mis en avant le caractère sensationnel de la crise. Je parle par exemple des images d’explosions dans les centrales. Dans ces circonstances, je ne vois pas ce qu’ils auraient pu faire d’autre que rentrer chez eux. Je pense que si l’inverse c’était produit, que j’avais été en France au moment de l’explosion d’une centrale nucléaire, je serais rapidement rentré au Japon.

Si on suit les nouvelles en France, il semblerait que la crise à Fukushima ne cesse de s’aggraver. Quel scénario imagines-tu pour la suite ? Es tu inquiet ?

Bien sûr que je me fais du souci, mais à mon échelle, je ne peux rien faire ! Je pense que les experts ont raison quand ils disent que plus personnes ne pourra s’approcher de la centrale à l’avenir dans un périmètre relativement large.

Penses tu que le Japon devrait chercher à réduire sa consommation d’énergie nucléaire dans le futur ? Quelle autre source d’énergie pourrait représenter une solution viable ?

Le Japon ne peut pas se passer de l’énergie nucléaire. Les sources d’énergie naturelle ne peuvent pas répondre à la demande du peuple japonais !

Read Full Post »

« TOYOTA CITY »

22 Mars 2011


France 5 et Narrative proposent une série de 24 documentaires multimédias d’auteurs accessibles en ligne à l’adresse suivante :

www.france5.fr/portraits-d-un-nouveau-monde.

Regroupés au sein de six catégories – la Chine/l’Emigration/l’Urbanisation/l’Economie/l’Ecologie/Vivre Ensemble – les thèmes abordés sont pointus et proposent un aperçu de l’état actuel du monde dans un format de 10 à 15 minutes faisant la part belle à l’esthétique de l’image.

Dans le documentaire « Toyota City » – http://www.fra nce 5.fr/portraits-d-un-nouveau-monde/#/theme/economie/toyota-city/ – Léna Mauger et Stéphane Remael vous invitent à découvrir le royaume de la célèbre marque d’automobile, une ville japonaise qui vit au rythme de la production industriel du premier constructeur mondial et de ses ventes, une ville qui laisse peut de place à l’individu. Découvrez la famille Morimoto dont le père est contremaitre, Ynomata Freddy qui subit de plein fouet les affres de la crise ou encore Wakatsuki Tadao qui tente tant bien que mal de tenir tête à son employeur…


La saga d’une ville-usine (sur le site de France 5)

Toyota City nous intriguait.

Au cours de nos derniers reportages au Japon, nous nous étions approchés de ce temple de l’automobile. Une ville symbole depuis un demi-siècle : c’est ici qu’a été inventé un système de production réputé comme un idéal d’efficacité, de qualité et d’innovation – une forme d’accomplissement ultime du capitalisme. Des chefs d’entreprises et des industriels du monde entier sont venus dans cette ville-usine comme en pèlerinage.

En 2008, Toyota devient le premier fabricant automobile de la planète, une forme de mythe industriel contemporain.

Quelques mois plus tard, avec la crise et la chute des ventes, la compagnie affiche les premières pertes de son histoire. Début 2010, le rappel de millions de véhicules défaillants met brutalement fin à son âge d’or.

Aujourd’hui, la cité modèle est déjà considérée comme le symbole du déclin de tout un pays.

Une épopée industrielle

La réussite de Toyota City raconte en creux celle du Japon, cette nation obsédée de perfection qui a atteint son apogée à la fin du XXe siècle.

Vaincu et ruiné au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l’archipel tente d’imiter l’Occident. Toyota City, à l’époque appelée Koromo, n’est alors qu’un grand village de 20.000 habitants. Le fondateur de Toyota, Sakichi Toyoda, son fils Kiichiro, et l’ingénieur Taiichi Ohno imaginent pour elle un grand destin : elle sera le laboratoire d’une nouvelle forme d’organisation du travail. S’inspirant des écrits de l’Américain Henry Ford, ils veulent rattraper les Etats-Unis sur le plan de la production. De tout l’archipel et même d’Amérique du Sud, des hommes et des femmes viennent travailler dans ses usines.

Dans les années 1980, le Japon s’impose comme une référence technologique et industrielle, et le toyotisme comme un modèle dans la majorité des grandes entreprises internationales.
Depuis, aucun autre système de production ne l’a dépassé.

Le déclin des mono-villes

Les soubresauts de Toyota City rejoignent ceux de nombreuses mono-villes dans le monde.
La Russie compte 400 mono-villes, des mammouths industriels hérités de l’époque soviétique et organisés autour d’une seule activité. Elles abritent un quart de la population urbaine du pays et ont été les premières victimes de la crise de 2008.

Aux Etats-Unis, la ville jumelle de Toyota City depuis 1960, Détroit, berceau du fordisme, est en partie à l’abandon. La capitale américaine de l’automobile et de son géant, General Motors, subissent de plein fouet la baisse générale des ventes de voitures dans le monde.

Read Full Post »

TANAKA SHÔ

17/03/2011

 

Shô n’était pas présent sur place au moment où la terre a tremblé. Bizarrement, la télé ne l’a pas alerté outre mesure…

 

Où vis tu au Japon ?

Je vis à Tokyo, dans l’arrondissement de Suginami.

Qu’étais tu en train de faire quand la terre s’est mise à trembler ?

En fait, j’étais en déplacement de travail à San Francisco.

Qu’as-tu pensé sur le moment ? Comment as-tu réagi ? Était ce la première fois que tu faisais face à un tel séisme ?

Comme j’étais loin de Tokyo, je n’ai pas vraiment réfléchi.

Qu’en est-il du Tsunami ? As-tu été rapidement averti ? As tu été surpris ?

Je n’étais pas au Japon, donc pas grand-chose… Vraiment, je ne sais pas pourquoi…

As-tu été surpris par l’ampleur de la catastrophe ?

J’ai suivi les événements sur CNN. Je regardais les images et je n’arrivais pas à me dire que c’était vrai. En fait, j’avais l’impression de regarder un film. Une fois rentré à Tokyo, j’avoue que le sentiment était le même. Je n’avais toujours pas l’impression qu’il s’était vraiment passé quelque chose.

Que penses-tu de ce qui est en train de se passer avec la centrale nucléaire de Fukushima ? Avais-tu déjà imaginé qu’un tel problème puisse survenir suite à un tremblement de terre ? Est-ce que tu penses que le gouvernement et Tepco sont intervenus assez rapidement ? Est-ce que tu as confiance en ton gouvernement/gouvernement japonais ?

Quand l’incident est arrivé, j’ai enfin réalisé que tout ça n’était pas un rêve. Je pense que Tepco et le gouvernement ont mis bien trop de temps à répondre. Et par ailleurs, je ne crois pas ce qu’ils nous disent. Je ne crois pas du tout, comme Tepco et le gouvernement semblent le penser, que l’optimisme face à la situation soit de rigueur. Mais en même temps, je n’ai pas le choix. Je n’ai d’autres choix que de faire confiance au gouvernement. C’est trop effrayant sinon.

Est-ce que tu penses que tu vas devoir quitter l’endroit où tu te trouves en ce moment ? Pour aller où ? Pourquoi ?

J’ai vraiment envie de partir dans le Kansai, dans ma ville natale où se trouve ma famille. Mais je ne peux pas parce que ma femme est ici et doit rester ici.

Est-ce que tu peux décrire Tokyo en ce moment ? Quelle est l’atmosphère en ville ?

C’est très étrange. Les gens vont au travail comme tous les jours. C’est comme si rien n’avait changé, mais quelques petits détails nous rappellent à la réalité de la situation. Peu de trains circulent, les rayons des convinis sont relativement vides. C’est juste inhabituel…

Read Full Post »

CHRISTOPHE BOLEAT

19/03/2011


Christophe a laissé le nuage radioactif et Tokyo derrière lui. Il applique le principe de précaution… Pourquoi prendre un risque quand on a la possibilité de l’éviter? Ces amis n’ont malheureusement pas tous le choix…


Où vis tu au Japon ?

Je vis actuellement à Tokyo, dans le quartier d’Ikebukuro.

Qu’étais tu en train de faire quand la terre s’est mise à trembler ?

J’étais dans mon appartement en train d’écrire un email.

Qu’as-tu pensé sur le moment ? Comment as-tu réagi ? Était ce la première fois que tu faisais face à un tel séisme ?

Les séismes ne sont pas rares au Japon. Je dirais même qu’il y en a quasiment tous les jours, mais ce sont généralement de petits séismes, très légers, que l’on ne perçoit que si l’on est assis, immobile ou dans un lieu en hauteur. Vivant au 11ème étage d’un immeuble, je les ressens peut-être un peu plus que les gens vivant au niveau du sol. Ils se présentent généralement comme une « vague » de secousses successives : d’abord des petites qui croissent en intensité, puis des moyennes pendant une à plusieurs minutes avant de s’amenuiser et de disparaître complètement.

Le 11 mars, quand la terre a commencé à trembler, j’ai senti immédiatement que quelque chose d’anormal était en train de se passer, les toutes premières secousses étant déjà d’intensité moyenne. Je n’avais jamais ressenti ça ! J’y ai vu un danger. J’ai immédiatement arrêté mon ordinateur et tendu la main pour prendre ma veste, mais il était déjà trop tard. 10 à 20 secondes après les premières secousses, le tremblement était devenu si intense que tout l’immeuble vacillait et je perdais l’équilibre. Livres, CDs et autres petites choses tombaient des étagères autour de moi. J’entendais de l’eau qui éclaboussait les murs dans la salle de bain. Des cris s’élevaient des appartements voisins. Pendant quelques secondes, j’ai vraiment cru que j’allais y passer. Je me disais : « Tu es au 11ème étage, tu ne pourras jamais t’en sortir. C’est fini. » Mais refusant également de m’y résigner, j’essayais tant bien que mal d’atteindre la porte et de me ruer vers les escaliers de secours. Je dévalais les escaliers tremblants à toute vitesse. Devant moi un voisin japonais portait son chien dans ses bras. Nous avons finalement atteint le rez-de-chaussée et rejoint la foule de voisins rassemblée en bas de l’immeuble. Les visages étaient marqués par l’horreur et tout le monde se regardait sans dire un mot pour autant.

Nous étions tous en état de choc, moi y compris, mais je ne l’ai réalisé que plusieurs heures après. Sur le moment, la seule question qui occupait mon esprit était : « est-ce que c’est fini ? ». Je me suis alors adossé à une barrière qui séparait le trottoir de la route, et j’ai clairement senti que les secousses se poursuivaient. Pourtant, chose on ne peut plus étrange, certains passants continuaient à marcher dans les rues en discutant. Certains nous jetaient des regards interloqués qui avaient l’air de dire « mais qu’est-ce que vous foutez là ? ». Je me suis demandé si le séisme avait été aussi gros que je l’avais imaginé ou si j’avais rêvé. Les voitures derrière nous continuaient leur course comme si de rien n’était. A la fois pour en avoir le cœur net, mais aussi pour faire tout simplement quelque chose dans cette confusion insupportable, je décidais de marcher un peu jusqu’à la Sunshine Street, l’artère commerçante voisine.

Dans la rue en question, des masses de gens étaient prostrées devant l’entrée des grands magasins et des salles de jeu, apparemment plus ou moins dans le même état que nous. D’autres continuaient à sortir des portes en courant pour rejoindre la foule. J’en conclue que tous ceux qui se trouvaient à l’intérieur des immeubles avaient ressenti avec plus d’intensité le séisme que les passants dans la rue. Pourtant, je ne voyais aucun dommage matériel au dehors, aucun débris ni lésion sur les immeubles ou par terre. Aucun blessé non plus, apparemment. Avide d’en savoir plus, je me dirigeais vers le gigantesque centre commercial Sunshine City, à quelques minutes de là.

Le parc à côté du centre était noir de monde. La plupart des gens semblaient être des salarymen, sortis des grands immeubles adjacents et venus se réfugier dehors. Tous, quasiment,  avaient leur portable à l’oreille. Il était clair que quelque chose d’anormal était en train de se passer, pourtant certains groupes de collègues riaient et plaisantaient. Je décidais d’aller voir à l’intérieur du centre. Là, la situation était encore plus étrange. Alors que tous les magasins étaient encore ouverts, les gens se comportaient tantôt normalement, tantôt comme apeurés. Je regardais surtout le personnel qui continuait à « saluer » les clients avec le sourire, tout en jetant sans cesse des regards inquiets à leurs collègues. Une voix off retentissait dans le magasin, annonçant qu’un séisme venait d’avoir lieu, mais qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter, cet immeuble étant particulièrement résistant aux tremblements de terre. Certaines personnes – moi y compris – ne savaient pas s’il était plus prudent de rester à l’intérieur de l’immeuble ou au dehors. En effet, le quartier étant rempli de hauts buildings, on pouvait craindre d’éventuelles chutes de vitres brisées ou autres débris en restant dans les rues. Les mannequins dans les vitrines, ou les lampes dans les restaurants continuaient d’onduler, confirmant que les secousses se poursuivaient. Alors que j’atteignais une autre sortie, un second séisme particulièrement puissant survint. Cette fois le stoïcisme du personnel se brisa, et même les cuistots et les serveuses des restaurants se précipitèrent dehors. Mais cette seconde salve étant plutôt courte, les gens s’immobilisèrent assez vite, se regardant les uns les autres et ne sachant pas trop quoi faire. Je décidais finalement de retourner dans le parc et d’attendre que les choses se calment.

Je trouvais une place libre pour m’asseoir sur un banc. Pas plus d’une trentaine de minutes ne s’étaient écoulées depuis que j’avais quitté mon appartement. Le sol continuait de trembler. Plus faiblement mais continuellement. C’est seulement à ce moment-là que je réalisais que nous venions de subir un tremblement de terre important et qu’il me faudrait peut-être contacter mes proches. Mais même si j’étais encore en état de choc, j’étais persuadé que la situation était beaucoup moins grave que lors du tremblement de terre de Kobe. Je pensais également que seul Tokyo avait été touché. Je n’avais pas conscience que le réseau téléphonique japonais était déjà complètement saturé, et que les réponses à mes messages ne me parviendraient que le lendemain. Une à deux heures plus tard, tous les magasins de Tokyo étaient fermés.

Qu’en est-il du Tsunami ? As-tu été rapidement averti ? As tu été surpris ?

Tokyo n’ayant pas été touché par le tsunami, je n’ai appris son existence que par l’intermédiaire des médias, une fois rentré chez moi. Mais je n’étais pas le seul : l’information quant à l’étendue des dégâts du tsunami n’est arrivée que plusieurs heures après au chaînes de télévision, qui ne parlaient quasiment que du tremblement de terre le premier jour.

As-tu été surpris par l’ampleur de la catastrophe ?

Bien sûr. Je n’aurais jamais imaginé que ce que je venais de vivre n’était qu’une pichenette à côté de ce qu’avaient subi les victimes du tsunami dans le nord.

Que penses-tu de ce qui est en train de se passer avec la centrale nucléaire de Fukushima ? Avais-tu déjà imaginé qu’un tel problème puisse survenir suite à un tremblement de terre ? Est-ce que tu penses que le gouvernement et Tepco sont intervenus assez rapidement ? Est-ce que tu as confiance en ton gouvernement/gouvernement japonais ?

A l’heure où j’écris ces lignes (samedi 19 mars 2011), la centrale nucléaire de Fukushima semble, pour la première fois depuis une semaine, sur le point d’être maîtrisée. Des spécialistes du nucléaire étrangers, ainsi que les forces armées et les pompiers sont arrivés sur le site, et déploient tous leurs efforts pour faire tomber la température des réacteurs. C’est peut-être le début de la fin du cauchemar. On prie et on espère.

Je savais que les tremblements de terre allaient souvent de paire avec les tsunamis et que les séismes sont la première cause de dommage dans les centrales nucléaires car j’avais suivi un cours sur le sujet l’année dernière dans mon université japonaise. C’est une coïncidence. Jamais je n’aurais pensé que cela me servirait.

Je pense que Tepco a commis des erreurs, notamment en refusant la première proposition d’aide des Etats-Unis. Le gouvernement également, en minimisant constamment la situation afin d’éviter que les gens ne paniquent et en filtrant les informations capitales. C’est seulement en récoltant les informations venues de l’étranger et celles des ambassades que j’ai pu me faire une idée plus claire de la situation. L’information diffusée par la télévision japonaise n’était pas suffisante. Cependant, les blâmer est facile, alors que faire des choix sous pression, avec une telle responsabilité, doit être extrêmement difficile. Je m’abstiendrai donc de porter des jugements trop hâtifs pour l’instant.

Est-ce que tu penses que tu vas devoir quitter l’endroit où tu te trouves en ce moment ? Pour aller où ? Pourquoi ?

J’ai quitté mon appartement de Tokyo mardi matin (le 15 mars), et je suis parti chez un ami à Osaka. J’ai pris cette décision après l’annonce de l’explosion du 2ème réacteur de la centrale (le 3ème de la série). La confirmation qu’un nuage de particules radioactives avait été relâché dans l’air combiné au fait que les vents allaient souffler en direction de Tokyo ce jour là (la centrale de Fukushima est située à 250km au nord-est de Tokyo) m’ont conforté dans ma décision. A ce moment-là, personne ne savait si les particules radioactives seraient en quantité telle qu’elles puissent être considérées comme nocives. Je n’avais vraiment pas envie de faire le test. Après concertation avec ma famille et quelques amis qui m’encourageaient dans cette voie, j’ai rassemblé quelques affaires et sauté dans un train pour Osaka. A partir de ce soir là et pendant les jours qui ont suivi, les gens se sont mis à quitter massivement Tokyo, pour certains le pays, et le carburant a commencé à manquer.

Est-ce que tu peux décrire Tokyo en ce moment ? Quelle est l’atmosphère en ville ?

Etant à Osaka depuis maintenant quatre jours, je ne peux décrire l’état actuel de Tokyo avec précision, mais selon mes amis restés dans la capitale et à qui je téléphone régulièrement, l’ambiance y serait plutôt lugubre. Le rationnement d’électricité, la pénurie de nourriture dans les magasins et d’essence dans les stations, le nombre réduit de trains circulant ainsi que les informations toujours aussi alarmistes à la télévision contribueraient à faire tourner la ville au ralenti. Toujours selon mes amis, les répliques de secousses se poursuivraient encore en ce moment rappelant à chacun que l’hypothèse d’un nouveau tremblement de terre majeure n’est pas à écarter.

Ici, à Osaka, tout semble presque normal. Les magasins et les écoles sont ouverts, les trains marchent comme d’habitude et le centre-ville grouille de monde. Il faut dire que les tremblements de terre n’ont que très faiblement touché la ville et que le risque de contamination par la radioactivité est pour l’instant inexistant. Cependant, les rues se vident relativement rapidement le soir.

Un commentaire que tu souhaiterais faire… Tu es le bienvenu.

Deux choses dont j’aimerais parler brièvement : Le conflit « rester/partir » et le « cognitive bias ».

Il semble que le choix de « rester » ou de « partir » des zones à risque, et notamment de Tokyo, crée des conflits dans les familles et au sein des entreprises. Certains qualifient ceux qui restent de courageux, et ceux qui fuient de lâches. D’autres considèrent que le fait de rester travailler à Tokyo, et d’exposer ainsi sa famille aux risques de contamination radioactive est irresponsable, qu’ils soient simples employés ou patrons d’entreprise.

De nombreux patrons d’entreprise japonais refusent, à l’heure actuelle, de donner congé à leurs salariés. Tous mes amis japonais de la capitale me répètent qu’ils veulent partir, mais ont peur de se faire licencier ou de ne pas pouvoir retrouver leur job après le désastre. La question est, à qui donner la priorité ? A son emploi ou à sa famille. Vu la précarité du monde du travail actuellement au Japon, perdre sa place n’est pas un risque qu’on peut prendre à la légère. Mais rester implique un danger potentiel difficilement acceptable. Quoiqu’il en soit, chacun devrait être en mesure de faire librement ce choix.

Parmi mes amis japonais, un tiers est déjà parti de Tokyo, un tiers est sur le point de partir, et le dernier tiers reste. Il semblerait que cette décision repose sur une intuition personnelle. Il semblerait également que la décision n’ait aucun rapport avec la nationalité ou le sexe des individus. Dans mon groupe d’amis – composé aussi bien d’étrangers que de japonais – certains étrangers sont partis, d’autres sont restés, certains japonais sont partis, d’autres sont restés, et tous justifient généralement leur choix de la même manière.

Un autre phénomène qui m’a surpris est la réaction de certains japonais face à la situation.

Malgré le danger et la menace, il semble que de nombreux japonais se trouvant dans les zones épargnées par les dégâts, mais présentant tout de même des risques (comme Tokyo) se comportent normalement, et continuent à travailler ou à sortir comme si de rien n’était. Toutes les chaînes de radio et de télévision étant réquisitionnées pour fournir une information continue sur les évènements, il est impossible de ne pas être au courant de la situation. Un observateur extérieur pourrait voir cela comme de la négligence. Des jeunes qui ne réaliseraient pas vraiment ce qui se passe ou des adultes qui ne prendraient pas leurs responsabilités. Mais est-ce vraiment le cas ?

Dans le cours que j’ai suivi sur les tremblements de terre, un spécialiste des catastrophes naturelles avait consacré plusieurs classes à nous expliquer le phénomène de « cognitive bias ». Il s’agit d’un mécanisme psychologique visant à protéger l’être humain contre les situations de stress trop intenses. Il consiste à interpréter les faits de manière plus plaisante ou rassurante, à doucir la situation effective. Ainsi chacun peut éviter de céder à la panique et personne n’a à prendre ses responsabilités. Dans le cas actuel, le « cognitive bias » encourage les gens à sous-évaluer les risques de Fukushima et à accorder une confiance aveugle aux autorités. La réaction inverse existe aussi. Des gens paniquent et font des réserves d’eau et de nourriture pour plusieurs semaines.

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :